Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

ETAPE 3 RECIT ET PHOTOS

 

VENDREDI 18 MAI 2007



8H50


Encore en tête du classement général grâce à notre performance du premier jour, nous fermons donc la marche de cette troisième étape.

Le départ se fait directement depuis le VVF, ce qui est plutôt cool de la part de l'organisation, ils nous économisent 500 Mètres de goudron, et comme çà, on pose directement nos sacs dans le camion, pour le rappatriement vers Zugarramurdi.


Ce matin, pour une fois, nous sommes prêts à l'avance ! Même Enrique !

On en profite donc pour discuter avec tous nos compagnons qui s'élancent devant nous, on profite de ces instants de calme, la météo semble au rendez-vous, l'étape s'annonce très difficile, bref tous les ingrédients pour une dure et belle journée comme on vient en trouver sur l'Euskal raid !

Laurent LACOMBE et Patrice GARRIGUE

Habitués de l'Euskal Trail maintenant !!

 

Pascal PARRACUELLOS et Franck GILLERON

Un palmarès long comme un livre et une simplicité exemplaire ! Super sympas.

 

ERROTABERREA Gilles et LAXAGUE Jean

des noms du coin visiblement !!!

 

Stéphane GRIVEL et Antoine GUILLON

Des poitures plus à l'aise sur le Tour du Mont Blanc que dans les cailloux du Pays Basque !

 

Olivier FOISSAC et Christophe MARTIN

Les merceanires du Tarn et de l'Aude (je crois ??)

 

8h52; nos adversaires directs, Claude et Christophe, très forts la veille, partent donc avec 2 minutes d'avance, puisqu'ils sont passés seconds au classement général; la bagarre s'annonce prometteuse ! Et c'est le jeu ! ... mais c'est clair que le système de départs décalés ne fait qu'amplifier cette bagarre en tête de course, puisqu'on joue au chat et à la souris pendant tous les premiers kilomètres, jusqu'à ce qu'une équipe finisse par céder ... enfin du moins c'était notre tactique du jour !

WANTED

 


 

ANALYSE TACTIQUE PERSONNELLE


Voilà ce que l'on se dit au moment de démarrer : Plus vite on peut les rattraper, plus vite on se neutralisera et donc l'écart dont nous disposons sera le même en fin d'étape. Ce qui peut jouer en notre faveur c'est, si la visibilité le permet, que nous disposions du point de mire de nos adversaires directs, ce qui peut nous permettre de gérer les écarts et de savoir exactement où nous en sommes par rapport à eux. Cela fonctionne parfaitement lorsque le départ nous est favorable où lorsque la condition physique est bonne !

Car sincèrement, je pense que de partir en dernière position avec des minutes de retard n'est en aucun cas un avantage ! La pression est forcément sur celui qui part derrière; déjà, 2 minutes sur les prmeiers prédécesseurs, c'est déjà un écart important, qui permet à ceux-ci d'être à l'abri du point de mire pendant un petit moment, et si ceux-ci parviennent à prendre un départ rapide, la pression est vite sur les épaules des derniers, et le doute s'installe vite dans la tête ... sûrement aussi à cause de notre manque d'expérience à tous les deux, on a eu tendance systématiquement en début d'étapes, à se poser très vite des questions !! en fait derrière on se met la pression tout seul !!

Mais si on y réfléchit avec un peu de recul, il y a 41 Km à parcourir pour tout le monde ! Même pour les premiers faut compter environ 5 Heures de course compte tenu du profil et des aspects techniques , alors pourquoi s'affoler !!! surtout dans les 30 Premières minutes !! Avec le recul on se rend compte que c'est idiot, mais quand on y est, on ne peut faire autrement que de se prendre au jeu de la course poursuite !!

Concept original !

 

 


8H54

 

TEAM TXINGUDI  JO et AVREL

 

C'est parti ! Départ ultra-rapide ! Partie bétonnée montante à fond, on les aperçoit un court instant dans une courbe à gauche, puis on attaque les chemins ! Rapidement, on se retrouve dans un brouillard épais, ce qui n'est donc pas à notre avantage ! Au bout de 30 Minutes de course, personne en vue ! Et le palpitant est à fond la caisse !

On retrouve une route goudronnée pour arriver au premier contrôle, et là, les vraies couleurs du Pays Basque se dévoilent à nous; on traverse la couche de brouillard pour se retrouver au dessus des nuages ! Mer de nuages, sommets et crêtes montagneuses à pertes de vue, GRANDIOSE !

Cela mérite quelques clichés en cours de route ! (oui oui, j'ai encore repris mon appareil photo pour l'étape, et je ne le regrette surtout pas !)

Sur ce passage, c'est que du bonheur ! On sait pourquoi on est là !! Quels paysages ! Même pour ceux qui connaissent, c'est avec plaisir que l'on trotinne dans la montagne dans ces conditions !

On croise nos potes les podos (qui aujourd'hui ne courrent pas), un peu plus haut, le caméraman, puis les trialistes à moto (qui luttaient sur un passage technique pour porter leurs motos ...), et sur le haut, le photographe Hervé LeGac de la Revue Endurance. Alors que nous sommes bien à fond, il nous demande même de trotinner un peu, histoire que la photo soit plus "aérienne" paraît-il !

Ce passage sera le plus beau de l'ensemble de l'aventure !! En plus, sur ces crêtes, il y a de superbes passages techniques, où la pose des pieds et la lecture du milieu sont parfois complexes, exactement comme j'aime ! Dans ces parties rocailleuses, avec Enrique, on se fait plaisir, on lâche les chevaux ! On aime bien prendre des risques, çà procure des sensations fortes aussi le trail !!

 

 


Côté course, on retrouve au bout de 45 minutes nos amis FOISSAC et MARTIN, partis 4 minutes plus tôt, puis, au col d'Harrieta, GRIVEL et GUILLON qui eux avaient 6' de marge.

On lâche rien, nos prédécesseurs nous mettent une grosse pression, mais on est bien, on gère tout en montant assez rapidement; finalement, on fera même la jonction avec Claude et Christophe au sommet des Crêtes d'Iparla !

Sur les crêtes, encore quelques photos, face à ce panorama magnifique, puis faut se lancer dans cette descente : 1000 mètres à dévaller !!

 

 

Le départ a été extrêmement rapide ! Finalement, on peut se demander à ce moment là si les deux équipes ne vont pas le payer sur la fin...

Nous voilà donc 4, à se neutraliser quelque peu, personne n'osant prendre les devants, on se serait cru dans une course de vélo ! C'est marrant ... on discute, on s'observe, puis a mi-pente, on retrouve l'ami Gégé ! (vous savez le mec de l'organisation qu'on croise environ 48 fois par étapes !! va savoir comment il fait !). Et vas-y qu'il fait un bout de descente avec nous !! « Je suis avec la tête de course ! » annonce-t-il au tawkie ! Ah oui c'est vrai, bien qu'on soit presque les derniers, on est quand même la tête de course... inhabituel comme situation ...

 

 


KM 16 XUMUS – RAVITO 1


Après une descente prudente, malgré l'accélération du Pech sur le bas dans la partie pentue dans les cailloux (il s'est d'ailleurs fait engueuler par Claude : « mais arrête ! Çà sert à rien !! Tu vas exploser dans les Penas après !! » scène plutôt marrante, mais bien à l'image à la vie de couple qu'on a tous menés pendant ces 4 étapes !! y'a pas que des hauts ! Y a aussi des bas ... et débats !).

Nous voilà au ravito, après presque 2 Heures de course.

Ayant peur de la chaleur (il faisait très lourd au dessus des nuages), je prends le temps de remplir mon camel, puis de me restaurer tranquillement ... sauf que nos compagnons de route ont grillé le ravito !!! ils continuent à la jouer cyclistes, et remettent un coup de pression ! Enrique me speede un peu, et nous revoilà partis en « chasse-patate » !! Cette fois, on mets le paquet desuite, et on fait la jonction très rapidement.

Sauf que là, y a un gros morceau qui nous attends : terrible montée dans un pierrier, sur 500 de dénivellée ! Le nez dans les chaussures pendant toute l'ascencion. D'autant plus que Christophe « fait la montée » ; gling gling incessants des bâtons, cuisses prêtes a exploser, tout va bien ! ... et on prend du plasir !!

On tient encore une fois à remercier tous les concurrents pour leur fair-play, tous sans exception ont laissé passés ceux désirant doubler, même sur des zones techniquement difficiles ! Merci.


Nous voilà au sommet de ce mur, toujours groupés à 4. Malheureusement, le brouillard a fait son retour, nous ne pourrons profiter des superbes vues présentes habituellement du haut de ses falaises à vautours, avec vue sur un des plus beaux sommets du coin, Irubelakasko. Sur ce sentier à flancs, nous reprennons 2 équipes bien classées, parties plusieurs minutes devant nous, à savoir les 4 Aveyronnais bien sympathiques ! Franck et Pascal, et Laurent et Patrice. A partir de là, nous ferons un bon bout de route tous groupés !! et finalement, le temps passe plus vite ainsi ...

car à partir de ce 20ème kilomètre, c'est clair que j'ai trouvé le temps long : fini les longues ascencions et les parties techniques, les pierriers, etc ... place à de grandes pistes interminables, tout en faux plat, où il faut courir, courir, courir ... tout ce que j'aime pas (je râle beaucoup, il en faut pour tous les goûts je sais ...  ).

 

 


KM 22   COL DES VEAUX – RAVITO 2


Après les flancs d'Ichusi, on redescend quelque peu sur le Col de sVeaux, Km22, où nous attend le second ravito de l'étape; tout le monde dans ce petit groupe semble attaqué, et d'un commun accord, la pause sera collective, et méritée !! Personne ne s'échappe n'est-ce pas Claude ?

Nous voilà donc partis en direction du ravito suivant, 9 Km plus loin, en passant par les pistes bitumées, dans le brouillard ... vous l'avez bien compris, mon passage préféré !!

Comme dans l'étape 1, ces portions ont finalement raison de mon mental, j'ai vraiment du mal, et lorsque nous arrivons au Col d'Otxondo, je suis à ce moment là bien attaqué ! Fatigue physiologique, lassitude psychologique ?? ... je suis quelque peu inquiet pour les 10 derniers kilomètres, mais finalement, nous sommes en très bonne posture pour l'instant : nos adversaires directs sont à nos côtés, et les poursuivants sont plus loin derrières ... qui l'aurait cru 3 jours auparavant !!!

Personne, c'est clair, et surtout pas moi ni mon coéquipier !! ... ni même le coach du club venu ici nous encourager !!  Merci Pierre !!

Faut donc continuer de profiter !!

 

 


KM 31 – COL OTXONDO – RAVITO 3


Enfin une descente ! Et puis une belle, longue, avec des passages techniques sur une piste en terre bien lisse, avec de belles courbes (d'ailleurs à VTT, çà doit bien envoyer à cet endroit !). Là, je me refais un mental ! Et des jambes !! Je lance le groupe sur le haut, puis Patrice GARRIGUE prend la suite, toujours sur un bon rythme, jusqu'en bas. D'ailleurs, ses collègues Aveyronnais seront légèrement distancés et nous ne les reverrons qu'à l'arrivée.

Rapidement, on commence à apercevoir le petit village basque espagnol d'Urdax. L'arrivée se rapproche !!

Et vous savez qui on rencontre à cet endroit là ? Gégé et les photographes de la course !!

 On se recoiffe, on déroule un peu plus la foulée, on s'espace, un petit geste amical et on envoie son plus beau sourire ! Quel travail, on fait tous pareil, faut pas croire qu'on rigole tout le temps, on bluffe aussi pour les photos !

 

Juste avant le village, un peu plus bas dans la fôret, on peut constater avec désolement les dégâts des pluies diluviennes tombées 3 semaines auparavant sur le Pays Basque : arbres arrachés, ravinements très importants, ... sans commentaires...



KM 35 – PASSAGE A URDAX

 

Au fin fond du pays Basque espagnol, nous voilà donc à Urdax; hasard des choses, nous traversons le village en plein pendant les Fêtes de ce dernier !! (d'ailleurs les kinés, podos et toute l'équipe n'y manqueront pas d'y faire un tour le soir !! ... affaire à suivre, j'ai des documents compromettants ...).

En traversant les ruelles, on croise un petit groupe de jeunes à moitié amochés, en pleine après-midi (en fait il devait être 13h30 a peu près), on obtient quelques "Aupa ! Aupa!"  Et nous voilà rapidement sur de nouveaux sentiers, à quelques encablures de l'arrivée.

Depuis le Km11, nous sommes donc groupés avec Claude et Christophe, et finalement, après la bagarre jusqu'au sommet de la seconde ascencion, nous sommes restés bien sages jusque là. Tout le monde s'est contenté de ce rythme de course ...

dans ce final de 5 kilomètres, on reprend une nouvelle équipe, partie plus d'une heure avant nous le matin, mais qui n'a finalement pas traînée en route . On décide tous de rentrer ensemble à Zugarramurdi. On marche dans les petites montées restantes, et finalement cela semble satisfaire le plus grand nombre ... pour ma part, un genou commence à me tirailler sérieusement, et d'autre part, Christophe semble bien fatigué dans ce final ... Claude et Enrique en ont encore sous le pied ... ce sera donc sur la dernière étape qu'il faudra en découdre, sachant qu'on disposera encore d'une avance tout a fait confortable, a savoir près de 20 Minutes sur les seconds !! (pour nous qui voulions terminer dans les 8 premiers, çà devrait le faire !).

A quelques hectomètres de Zugarramurdi, on aperçoit le clocher tant attendu ! Ca y est, nous sommes au bout de ces terribles 41km !

 

Nous franchissons la ligne d'arrivée main dans la main, avec les équipes qui nous ont accompagnées sur cette étape (chapeau à Laurent et Patrice les Aveyronnais, qui ont été très costauds sur cette étape ! ; pour le clin d'oeil, Laurent LACOMBE est devenu palois, comme moi, depuis un moment, où il est enseignant comme moi ! ... dire qu'on pourrait petre collègues ...  mais ce sera pas pour cette année visiblement ...)


Bilan des courses : nous remportons cette troisème étape !! Mais c'est pas possible, comment cela est possible vu les équipes redoutables qu'il y a au départ ?? Nous sommes toujours sur notre petit nuage ... Encore une étape incroyable : parcours fabuleux, très varié, météo magnifique sur les premiers kilomètres, tout est parfait !!

Plus qu'une avant d'être au bord de l'Océan Atlantique !!


 

 


APRES COURSE


Nous voilà donc au mur à gauche de Zugarramurdi.

Nous venons d'arriver, il doit être 14 Heures. On refait l'étape avec les autres coureurs arrivés, on fait état des sensations, d el'état de fatigue, et surtout on casse la croûte ensemble ! On a pas beaucoup mangé depuis ce matin !!

Les sandwitches au fromage, au pâté ou au chorizo, passent comme des petits pains !! Ca aussi c'est touche spéciale Euskal Raid !!

Une bonne douche, on acceuille tous les arrivants, jusqu'aux dernières, à savoir les deux valeureuses écossaises (suivis des valeureux serre-files de l'organisation), qui sans doute ne savaient pas trop avant de venir où elles allaient mettre les pieds ! Mais en tout cas leurs pieds les amèneront bien à Hendaye !! Bravo !

 

Ensuite, c'est l'heure des soins : çà s'aggrave pour tout le monde !

Les dégâts sont importants au bout de 140 km de montagne ! L'équipe des podologues et kinés attaquent à leur tour leur marathon, en enchaînant soins, massages, massages, soins, etc ... et toujours aussi sympas !! Ils sont à l'écoute, de bonne humeur, ... tous les coureurs sont véritablement assistés ! Rien à dire.

Cedric et Max, les podos de Toulouse !


Pour moi, je commence à m'inquiéter ! En effet, ce pouce qui venait buter dans la chaussure la veille déjà,et en piteux état !

En fait, dans la descente sur Xumus, sur la partie raide, j'ai senti à un moment un coup violent au fond de la chaussure; en fait, l'hématome naissant sous l'ongle s'est répandu sur l'ongle entier ! Une belle poche de sang s'est formé à ce moment ...

Suite à cette gène, qui était continuelle durant toute l'étape mais sans être handicapante, j'ai je pense inconsciemment modifié mon geste de course pour ne plus que mon pouce droit ne butte au fond de la chaussure : dans toutes les descentes, retenue de la jambe droite et compensation sur la jambe gauche pour freiner la machine !! Aïe aïe aîe !! à la longue, c'est pas bon tout çà !!

Lorsque je passe entre les mains de Max (n'allez pas déformer ce que je dis attention, Max c'est le podo), la machine semble abîmée : l'hématome doit être vidé, et une tendinite semble inflammer les tendons de mon genou gauche ... il videra l'hématome en passant les aiguilles sous l'ongle et injectera un cicatrisant, et me passera une crème pour le genou ... C'est pas le top, mais quand on est devant, on peut pas se plaindre !! ... et surtout pas inquiéter son équipier pour le lendemain.

Faut que çà tienne !! plus que 40 km avant Hendaye !!



SOIREE

Après tout çà, petit apéro au bar du fronton, avec en chef de file Benat bien sûr !!

En plein effort sous les conseils de son coach !

Garanti sans trucages !

 

Puis un vrai repas !! Les organisateurs nous ont soigné pour cette soirée ! Repas au restaurant ! Excusez du peu ! Trouvez des courses à étapes où vous mangerez au restaurant !

Et puis repas typique : bonne assiette composée en entrée, suivie de côts d'agneau et de frites !! Vraiment excellent ! Pas du tout diététique, mais surtout excellent !

On repart bien calés histoire d ebien dormir maintenant !!

Bien dormir ?

Ca c'est moins sûr ...

Pour les organisateurs, le resto était une façon de masquer le superbe dortoir qui nous attendait ! Tout le monde par terre dans le mur à gauche !

Récupération garantie ! Pas de régime particulier pour personne : un tapis, un sac de couchage, et dodo !! Une fois de plus, faut le voir pour le croire !

Pour faire convivial, on pouvait pas faire mieux ! Que de bons souvenirs ! ... surtout quand à 11h30, toujours impossible de dormir à cause des chants basques que l'équipe d'assistance fredonne doucement dans le bar du fronton : « Allez, allez, les bleux et blancs de l'Aviron Bayonnais, ... là là là là !!! » et je vous passe les klaxons à n 'en plus finir sur le parking !! En fait, ils étaient juste à l'échauffement avant de partir à Urdax, pour les fêtes ! Là aussi, je pense qu'il fallait être entraîné pour suivre le rythme !! N'est pas Max ??

 

 


 

Vers minuit, entre 2 ronflements, je parviens tout de même à trouver le sommeil ... qui je l'espère sera récupérateur ... tant sur le plan physique que mécanique !!

On verra bien dans quelques heures ...


 

 

ARTICLE DE PRESSE

 


Sans commentaires sur cet article, que je trouve à mon goût un peu trop partisane pour certains coureurs !!   Prémonition ?? ...  A suivre le lendemain !!



25/06/2007
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres