Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

ETAPE 1 RECIT ET PHOTOS

MERCREDI 16 MAI 2007



1H30


Des réveils sonnent dans toutes les chambres !! Isaba est en éveil !!

Déjà ! mais on s'est endormis y a à peine 3-4 heures !! Ils sont fous les mecs ! Surtout que le petit dèj était servi jusqu'à 3h  ... En tout cas, pour la peine on est tous à la même enseigne, dommage pour ceux qui avaient prévu de se lever pour 2h30 ...

Dommage ? ... sauf pour ceux qui avaient le privilège d'être logés dans les mobil-home extérieurs, et qui étaient un peu plus autonomes. Tellement autonomes que mon coéquipier a trouvé bon de se lever à 2h45 !! oui, oui, à 2h45, alors que d'autres étaient déjà dans les bus !! Habillage en 3', déjeuner en 5' (la preuve en image) et les yeux dans les poches pour le bus !

Y'en a qui sont de nature stressée, d'autres non !!



3H00


Tout les coureurs dans les bus pour rejoindre le départ.

La météo n'est pas la même que la veille : vent violent sur les parties exposées, pluie fine à la limite de la neige vers 1500 mètres ... KW, Bonnet et Gants sont de rigueur !! on se les gèle quoi !!

 

 

 


LA COURSE



Nous voilà sur la piste de départ. Tout le monde squatte les bus jusqu'au dernier moment, il fait trop froid dehors ! On va passer assez de temps dehors pour profiter un maximum de ce petit confort ...

Un dernier speach de Gégé, avec des précisions sur l'itinéraire de délestage que nous emprunterons pour contourner le Pic d'Orhy (sécurité impossible à assurer, malgré la présence du PGHM), puis une minute de silence très émouvante, en l'honneur de Claude Fromenteau, ami coureur, et membre actif de l'organisation d'Euskal Raid, vaincu par la maladie quelques mois en amont.

Un seul mot à dire pour ce moment là : EMOTION .


A 3h58 à ma montre, le coup de canon retentit dans cette nuit noire ! « Faîtes vous plaisir Messieurs Dames !! »

(je m'adresse à tous les non-pratiquants qui peuvent lire cet article : oui oui on se fait plaisir à courir 180km dans la montagne ... mais ne cherchez pas à comprendre, essayez vous verrez bien !!)

Nous voilà donc partis, quelque peu dans l'inconnu, car avec Enrique, nous n'avions fait que l'édition précédente sur 2 jours ensemble, et nous nous entraînons que rarement ensemble, situations géographiques obliges... Par rapport à çà, nous avions donc défini une stratégie de course : pour la première étape, attendre le km40 en restant cool pour voir l'état de fraîcheur sur la fin, Enrique doit passer devant dans les montées, Nico dans les descentes, les ravitos sont calculés, ... tout est calé pour limiter ces inconnues !!

... sauf que voilà ...

... 200 Mètres après le départ, nous voilà en tête du groupe !! Cà nous est jamais arrivé, donc on comprends pas bien ce qu'il se passe ! C'était pas dans les plans çà !! On fait quoi alors ?

On se fait plaisir !! Nous voilà en train d'ouvrir la voie avec nos frontales, le balisage réfléchissant apparaissant au fur et à mesure de notre avancement ... on se prend au jeu du coup ! « et si on allait pointer le premier PC en tête ? On laissera une trace de notre participation à cette épreuve !! » « Pas cap ! » ... et c'est parti, en plein brouillard, on commence à envoyer un peu plus dans quelques couloirs descendants un peu techniques, et entre 2 glissades, l'écart se creuse légèrement !! ... on ne distingue plus les frontales en se retournant, nous sommes seuls en pleine nuit au bout de 45 minutes de course !!! Nous nous attendons donc à rencontrer les pointeurs au Col de Belhay, au km6, pour atteindre notre objectif, mais voilà qu'à environ 100 de notre objectif, on fait une erreur d'aiguillage, nous sommes trop haut, et voilà que 6 frontales passent sous nos yeux 50 mètres plus bas !!! On s'est foiré le pointage !! dommage on trouvait çà plutôt marrant !! ... mais on avait qu'à mieux ouvrir les yeux ...

Nous voilà 4ème au pointage, mais  juste après celui-ci, les 3 équipes qui nous ont doublé sont en contrebas à cause eux aussi d'une erreur de parcours ! Alors pour la peine, on mériterait de faire le 2ème pointage en tête non ? Ce sera notre nouvel objectif !!

Et bien non plus !! Nous nous regroupons peu après, les 8 coureurs, et nous avons tous un moment de flottement pour rester sur le bon chemin ! Faut dire que le brouillard + la nuit noire, c'est pas évident, et ce n'est en aucun cas la faute du balisage de l'organisation, qui était excellent ! Toujours est-il que pour être plus efficaces dans notre recherche, Enrique part légèrement sur la droite ... mais avec les autres, nous trouvons une balise juste un peu plus haut, et voilà le groupe qui se remet en marche !!


Mais pas moi ! J'ai perdu mon coéquipier ! Je l'appelle, pas un mot. Je siffle, ... sans réaction. Je hurle, seul dans la nuit noire, toujours rien. J'éteins ma frontale, pour essayer de distinguer une lumière, tout est noir ... en fait, je me pose pas mal de questions, savoir si il avait fait une mauvaise chute, mais sans savoir dans quelle direction ?? Panique à bord !! Je décide d'avancer seul, pour rejoindre le PC suivant et faire le point sur les pointages ...

 En fait, ce con était devant avec le groupe de tête !! Tranquille, en train de mener le train, et moi seul derrière, à près de 5 minutes, en train de cogiter, de l'imaginer dévoré par les vautours à l'aube ! ... 15' plus tard (çà fait bizarre de courir tout seul en pleine nuit noire) j'entends une voix : devant ? derrière ? Diffcile de savoir ... puis je vois une frontale devant orientée vers moi ! Mon coéquipier, sain et sauf, et presque qu'il m'engueulerait en plus !!

On commence fort  !  Il reste encore 170 bornes jusqu'à Hendaye ! Cà promet !

Nous voilà en « chasse patate », et notre rêve de pointer en tête un PC en train de s'éloigner ... décidemment, on a la poisse un peu sur cette première heure !

Et dire que devant, pendant que j'attendais mon équipier, personne ne lui a dit que je le cherchait alors qu'il menait le groupe tranquillement !! Bel esprit sportif les gars ... et pour la peine, on décide de faire l'effort pour les rejoindre le plus rapidement possible. Sur les successions de petites ascencions, on distingue les frontales au loin, et en 3-4km, on bouche notre retard pour les rejoindre ... juste après le pointage !!


Nous sommes alors au km 16, au sommet du Port de Larrau, lieu du premier ravitaillement.

Ce passage laissera des images fortes : au loin, on apercevait les phares des voitures braqués vers nous, et les girophares des véhicules d'assistance qui tournaient à plein régime ... une scène un peu surréaliste à cet endroit, à ce moment. Toujours est-il que c'est à cet endroit que le circuit a du être réaménagé, pour contourner le sommet du Pic d'Orhy. Nous partons donc groupés, les 4 équipes de tête (Escots-Pechberty – Guillon-Grivel - Martin-Foissac et les N°5 !!), sur cet itinéraire bis, qui était ma foi bien roulant ...

... et vous savez quoi ?? et bien on a finalement pointé la balise suivante en tête !!! On a fini par remplir notre misssion !! A ce moment là, il nous en fallait pas plus pour nous faire plaisir... car on était même très étonnés d'être encore devant au bout de 4 Heures de course, alors que le jour commençait à se lever ... mais restons prudents, la course ne fait que commencer, ils vont s'énerver à un moment donné se disait-on !!



Km 28 – Passage au Pont d'Orgaté


Nous voilà engagés dans une descente vertigineuse dans les sapins, sur une belle piste, bien que boueuse à souhait. On profite de ce passage pour attaquer un peu, on lâche les chevaux ! ... et on croise ... deux sangliers  qui nous traversent juste devant !! Arrivés en bas, alors que la pente raide est derrière nous, Enrique se prend une belle pelle alors que les difficultés techniques étaient passées !! Un moment d'innatention, et donc un moment de doute, car il ressent une grosse douleur sur la cuisse ... on lève le pied, puis on se retrouve les pieds ...dans l'eau! En bas de cette descente, plus de pont, obligés de traverser la rivière, avec de l'eau jusqu'aux genoux presque ! Un passage mémorable !

Devant les photographes et le caméraman, Enrique me fait des bonds pour traverser ! Comme quoi, soit il a pas très mal, soit c'est un gros bourrin ! (j'opte pour la réponse B avec le recul).

Toujours est-il que nous sommes au second ravito et nous sommes toujours en tête ! Mais que se passe-t-il ??

On redémarre pour une bonne montée goudronnée d'environ 3km. On décide de la jouer cool, en marche rapide. ... donc forcément, les copains de toute à l'heure nous reviennent dessus. Sur ces portions montantes, Stéphane Grivel et Antoine guillon semblent très costauds, ils passent tout en courant ! Ils passent donc en tête, mais à leur tour, ils font une légère erreur d'aiguillage sur un carrefour demandant une grande vigilance, et heureusement que nous n'étions pas trop loin pour les rappeller sur le bon chemin ... Col de Currutche, Km35, toujours 4 équipes regroupées pour ouvrir la route.

Dans la descente suivante, un peu en tout terrain, on attaque de nouveau (on se fait plaisir dans chaque descente car c'est vrai qu'on est plutôt à l'aise sur ces portions tous les deux ), mais encore une fois, la ficelle indiquant le chemin a été coupée, vraissemblablement par le vent ! On attend donc nos compagnons, notamment Claude, qui en Maître des Lieux, a bien repéré son affaire et a surtout son GPS au poignet de sorte à ne pas faire d'erreur grossière ...

On arrive au pointage, où nous attend un beau drapeau Basque, impossible à râter !

Soit dit en passant, des chaussures sèches attendaient certains coureurs pistonnés ... qui avaient prémédités leur coup ... (je continue a balancer ! N'est pas l'équipe 57 !!). On attaque de nouveau un long faux plat pour nous mener au Col suivant, où là, une superbe descente nous attend !! Enfin une descente digne de ce nom après celle effectuée dans les sapins toute à l'heure ! Au col, petit instant de ciel dégagé, un des rares de la journée, où j'en profite pour prendre 1 ou 2 clichés, et c'est parti !

Là encore, on envoie pas mal, tout en se faisant plaisir ! Des écarts se creusent légèrement, certains préférant assurer, d'autres semblant moins à l'aise ... toujours est-il, dans une grande courbe à gauche sur le bas de la descente, les 2 équipes distancées plus haut nous voyant en contrebas, coupent tout droit pour nous rejoindre !! C'est le jeu, mais c'est vrai que çà fait râler ... n'est-ce pas Claude !! (çà balance sec, désolé !!) .


Km 42 - RAVITAILLEMENT


Dans le dernier mur avant ce ravito, des écarts se creusent, et nous nous retrouvons d enouveau en tête ... étonnant ! ... Très étonnant ... on se pose même des questions concernant la suite ... on ne s'attendait jamais à être là !

 

10' de pause pour tout le monde. Une soupe chaude pour tout le monde, excellent ! Le sourire et la bonne humeur des bénévoles, parfait !!

 

Plus qu'un Marathon !!

On repart les premiers; encore des faux plats montants sur du bitume, en direction du Col d'Orgambide ... on trotinne, gardant encore notre position. Là, de grandes lignes droites, encore du bitume, des faux plats à n'en plus finir, ... commencent à avoir raison de mon mental et de mon physique. Le doute s'installe chez moi, d'autant plus qu'à côté , Enrique me semble super facile (j'ai été obligé de lui donner des coups de batons amicaux pour le freiner, avec la pointe bien sûr !). Au cours de cette mauvaise passe, jusqu'au 50ème Km, je m'accroche, nous ne sommes plus que 6, Escots et Pechberty ayant quelque peu levé le pied à priori ...


Km 54 Col de Lepoeder


Fini les parties roulantes (du moins pour le moment), vive la descente ! 3 Km dévalés comme des bombes (tout est relatif, ce n'est qu'une impression, car au bout de 50km, lorsque vous courrez à 12km/h, vous vous croyez à 17 km/h !) jusqu'au prochain ravitaillement du Col d'Ibanieta au Km57.

Finalement, on commence à y croire !! Ravitaillement rapide cette fois ; lorsque nous repartons, nos poursuivants arrivent juste !! La course est lancée pour les 20 derniers kilomètres !!

Direction Lindus, où l'on va retrouver des chemins connus, ceux empruntés lors de l'Euskal Endurance ou de l'Euskal Trail en sens inverse. On s'emballe, on passe tous les faux plats en courant, je me suis refait la cerise ! Que du bonheur !  Et en plus on trouve tout un groupe de randonneurs qui nous encourage; Sympa !



Km60 Col de Lindus


Arrivé là, je connaissais les 9 km à venir pour atteindre le dernier ravitaillement du col d'Ehunzaroy. Trop roulants, malgré les parties déversantes ... du moins pour moi ! ... donc on a marché ! C'est paradoxal je sais : je cours quand çà monte mais je marche sur les parties roulantes ... cherchez pas, je suis pas normal ! Par conséquent, au ravito, à 13 Km de l'arrivée (on se rapproche de Baigorri !!), l'avance que nous avions construite avant Lindus a de nouveau fondue, il doit nous rester juste 2 minutes !!

Après avoir passé en tête tous les PC de ces 80Km (sauf les premiers, et vous savez pourquoi ...), ce serait dommage de ne pas finir en beauté ! Le doute est encore là, mais on sent quand même que nous pouvons créer la sensation sur cette très grande journée !!

Sur la dernière grosse montée pour passer au sommet d'Adarza (1250m), on s'arrache en marchant rapidement en s'aidant au maximum de nos bâtons, et en haut, on a débranchés les cerveaux !!!

 

Il reste près de 10km, près de 1100 mètres négatifs à dévaler ! C'est quand même pas dans une descente qu'ils vont nous rattraper non ? On se fait plaisir, jusqu'en bas, et même sur le dernier kilomètre goudronné, on doit finir à 13km/h ! (on est des trailers, pas des routiers je vous le rappelle, donc pour nous c'est pas mal !).

ENORME.

On termine l'étape en 9h54, en première position !!!

On savoure en restant un maximum sur la ligne d'arrivée, pour voir nos compagnons de route arriver à tours de rôles ...

Mais quoi qu'il arrive, il nous faut rester lucides sur notre niveau, celui de nos adversaires et sur les étapes à venir ... les étapes suivantes nous en diront davantage !!




Les arrivées se sont enchaînées toute l'après-midi jusque dans la soirée (les derniers ressortiront les frontales ! ... chapeau !!), massages par la super équipe de kinés et podo présents sur l'ensemble de l'épreuve, une bonne paella pour refaire le plein d'énergie, et au lit !! ... avec pleins de souvenirs qui ressurgissent déjà de cette folle journée ...

 

 


 

J'attends de nouveau vos commentaires et/ou annecdotes supplémentaires sur cette étape d'anthologie !!



15/06/2007
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres