Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

UNE COURSE ... MAIS PAS QUE

UNE COURSE MAIS PAS QUE ...

 

 

Au delà ce cet effort intense que requiert ce parcours de la Course du Mont Cameroun, il y a bien entendu tout un ensemble qui a rendu notre participation inoubliable ! Bien sûr que la dimension compétition-course ne doit pas être exclue, mais c'est bien une aventure, un dépaysement total que nous sommes aussi venus chercher ici au Cameroun.

 


 


 

 

 

 

LE SPORT, UN MOTEUR DE RENCONTRES !

 

 

Quelque soit le sport (ou autre passion d'ailleurs), c'est un moyen exceptionnel pour faire des rencontres et partager des moments forts entre passionnés! Une opportunité unique s'est présentée en Décembre pour repartir au Cameroun grâce à Pilou et la Fédération du Cameroun d'Athlétisme, et nous avons été délégués pour trouver d'autres coureurs Européens ; Maurizio Scilla avec qui nous avions été en contact lors de la Traversée des Pyrénées, et Jesus Samuel Sanchez Puente, un copain d'une connaissance ont intégrés cette aventure ! Malheureusement, les soucis budgétaires de dernière minute de la Fédération Camerounaise ont eu raison de la venue du coureur Italien, mais cette épreuve m'aura permis de faire la connaissance de Samuel !

 

 

 

 

Samuel habite a Sabinanigo, de l'autre côté du Somport. C'est une connaissance d'Inaki Sedano, l'entraîneur de Didier Zago que j'avais contacté pour venir. Sans se connaître, sans parler français, il nous a fait confiance, on a échangé quelques mails, et puis nous avons fait connaissance chez moi, le Mercredi la veille du départ ! Pendant 5 jours, j'ai essayé de parler espagnol, j'ai été son interprète plus ou moins au Cameroun ... une riche expérience qui va nous appeler à nous retrouver sur les sentiers de montagne, c'est une certitude ! Grand voyageur avec son vélo à travers toute l'Europe, mais aussi grand Montagnard pour avoir fait énormément de choses à travers les Pyrénées notamment, il m'a parlé de très nombreuses choses de ce Massif qui me plaît temps, beaucoup d'itinéraires magiques dont nous reparlerons très certainement! Allez visiter son blog riche en informations !!

 

LE BLOG A SAMUEL : TIERRA DE AVENTURA

 

 

 

 

 

 

Sans oublier les autres coureurs que nous avons rejoint sur place à Buéa, notamment Rachid El Morabity le coureur Marocain. Excellent coureur, vainqueur du Marathon des Sables 2011 et de l'Ultra Toubkal 2011, Rachid est aussi étonnant de simplicité et de sympathie! Nous sommes les bienvenus à Zagora si nous voulons et lui est bien entendu le bienvenue chez nous si il souhaite courir une épreuve en Europe! Les liens se tissent très vite, le sport est quand même particulièrement fort sur ce plan là !

 

 

 

 

 

 

Autour de la course, nous avons vécu tous les 4 des moments très sympathiques et uniques : les négociations sans fin avec les Camerounais pour un tout et pour un rien, le transfert en taxi de Buéa a Douala sur ces routes toujours aussi surprenantes au fil des jours, un tour de mototaxi dans Douala, un passage par la Foire Formaric de Douala et la dégustation de délicieuses brochettes au barbecue, les négociations impossibles au cœur du Marché aux Fleurs de Douala ...

 

Une aventure collective !  Tout seul, la participation à la Course du Mont Cameroun avec tous les à côtés qu'elle présente, serait à mon sens à la fois dommage et ... dangereuse !!!  lol.

 

 

 

 


 

 

 

LE SPORT POUR S'OUVRIR L'ESPRIT

 

A chacun son rayonnement, mais pouvoir multiplier les expériences, sans toujours repartir sur les mêmes épreuves est une chance qu'il faut essayer de saisir ! Pour la découverte de nouvelles régions, de nouveaux horizons, de nouveaux espaces, de nouvelles montagnes, de nouveaux modes de vie, de nouvelles pratiques ... le sport est un moyen facile pour découvrir des choses fantastiques ! Sur cet aspect là, la participation à la Course du Mont Cameroun est aussi extraordinaire !

 

-une telle montagne, si verticale, si haute, si près de la mer est déjà quelque chose de rare. Un tel support de course est unique !

-la vie au Cameroun est en décalage complet avec notre vie quotidienne mais la joie de vivre et leur sympathie est perceptible au premier abord.

-les moyens des athlètes africains sont dérisoires, mais est-ce pour autant qu'ils ne vont pas vite?? Une vraie leçon d'humilité garantie! Quand nous trouvons nos chaussures un peu trop si, ou pas assez ça … ou supi-machin ou pas assez pronat… ça fait sourire … et réfléchir ! Le corps s’adapte à tout, même à l’évolution parfois inutile de la technologie en ce qui nous concerne...

 

 

 

 

 


 

 

UNE COURSE COMME LES AUTRES, OUI ... MAIS NON !!

 

 

 

 

 

Une fois le dossard accroché et le départ donné, la course ressemble énormément aux courses que nous connaissons, mis à part peut être la difficulté du tracé qui accentue d'autant plus sa valeur.

Oui mais autour de tout ça, l'organisation atypique de cet évènement majeur donne un caractère particulier supplémentaire ! Il s'agit d'un évènement sportif majeur reconnu par tous les habitants du pays !  Allez parler de l'UTMB à vos voisins et vous verrez combien vous dirons ''UT quoi???''. C'est pour cela que j'aime à comparer cette course à notre Tour de France National, suivi pendant 3 semaines par des millions de personnes, sans pour autant que tous pratiquent le cyclisme! Pour l'effort reconnu, pour la beauté du parcours, la symbolique ... voilà pourquoi les gens s'y intéressent. Au Cameroun, c'est ainsi, le Mont Cameroun est LEUR montagne sacrée, que peu d'habitants osent aller affronter, tant à cause de sa difficulté que de part sa valeur mystique ... les coureurs du Mont Cameroun, du premier au derniers sont des légendes ! Ils ne vous demanderont pas votre classement, mais plutôt si vous avez atteint ou non le Sommet !! Dans ce dernier cas, ils vous congratuleront instantanément soyez-en certains!

 

 

 

 

Oui mais à côté de celà, la Fédération Camerounaise d'Athlétisme qui a repris les reines de l'organisation essaie de faire comme elle peut, avec les petits moyens alloués par le Ministère des Sports pour maintenir ou développer le caractère international souhaité (et mérité) de cette Mountain Race ! Tout se fait dans la précipitation et parfois le désordre ! Les courses qualificatives des 10 régions du Cameroun ne sont pas toutes réalisées, les listes de coureurs qualifiés ne sont pas connues une semaine avant l'épreuve (facile pour eux de se préparer ??!!!!), les invitations aux coureurs étrangers qui ont pris toutes leurs dispositions (congés, passeports, vaccins, ...) ne peuvent être assurées au dernier moment, ... il y a beaucoup de choses très aléatoires !!! Comme la date même de l'épreuve ! L'an passée repoussée d'une semaine à quelques jours de la course (imaginez la même chose pour le Tour de France ????), cette année annoncée le Samedi, puis le Dimanche dans la presse nationale et au final belle et bien le Samedi ???  Incroyable ...

 

Notre ''Délégation étrangère'' aux côtés de la Fédération du Cameroun d'Athlétisme

 

 

 

Au final, tous ces aléas rendent la participation à cette course un peu plus unique et inoubliable!! Ce contraste entre une organisation complètement désordonnée et cette facette d'évènement sportif national est extraordinaire !!

 

 

 


 

 

 

 

 

QUELQUES ANECDOTES AUTOUR DE LA COURSE

 

 

Bien qu'avec nos aléas pour arriver en temps et en heure sur place nous n'ayons pu y assister, Pilou nous a décrit quelque peu la cérémonie protocolaire surréaliste réalisée la veille de l'épreuve. Tous les responsables politiques du pays sont présents, les chefs de tribus des différentes ethnies ... pour la présentation de l'épreuve sur le Stadium Moliko à Buéa. Discours du président de la Fédération, défilé des Nations tout est bien ficelé dans le programme ... mais dans la réalité, Pierre nous donne quelques faits divers complètements décalés encore une fois : le portique du Stade et les tribunes sont repeints le matin même pour un petit coup de neuf, il n'y a aucun spectateurs ni aucun coureur assistant à la cérémonie, le défilé des Nations est réalisé par des enfants récupérés en ville et qui doivent être le plus possible à l'image du pays qu'ils représentent ... nous avons raté quelque chose d'unique semble-t-il, mais tellement bien raconté que j'imagine bien la scène!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo, photo ! Avant le départ, tous les coureurs Camerounais souhaitent faire une photo avec les coureurs étrangers ! Pourquoi? Pour le souvenir certainement, mais la plupart du temps, soit la photo est prise avec notre appareil photo, soit par celui d'un passant qui se trouve à côté ! Impossible de récupérer la photo ensuite puisqu'il n'y a aucun échange d'adresse !! C'est comme ça, complètement décalé, mais d'un très bon sentiment !

 

 

 

 

 

 

 

La remise des dossards : tout se fait le matin juste avant le départ! Distribution des t-shirts de différentes couleurs selon la course réalisée (individuel, relais, jeune, vétéran...), la course aux épingles pour le dossard, ... dans les tribunes du Moliko Stadium, bousculades, cohue, ... mais au final, tout est ok, il n'y a pas de problème!! 7h00 : le départ est donné !!

 

 

 

 

A l'arrivée, passage obligatoire par le contrôle médical ! Une excellente chose en soi, mais là encore un peu surréaliste ! Questionnaire pour savoir quelles ont été les difficultés rencontrées, prise du pouls, ... le tout marqué sur des feuilles volantes par différentes personnes... comment s'y retrouvent-ils et arrivent-ils à en sortir des données utiles??

 

 

 

 

 

Les journalistes; il doit y avoir facilement une cinquantaine de journalistes sur le site d'arrivée !!! Microphones, téléphones, caméras, tous avec leur carte d'accréditation officielle de la Fédération... à se demander quand même si ils ne sont pas devenus journalistes juste le temps d'un weekend !! Toujours est-il que les interviews des coureurs étrangers sont une aubaine pour eux !! J'ai bien du répondre à une vingtaine d'entre eux en l'espace de deux heures, complètement invraisemblable.

 

 

 

 

 

 


 

 

LE MEILLEUR POUR LA FIN : L'EFFERVESCENCE POPULAIRE

 

C'est le Tour de France, je vous assure!! Même si les gens n'y connaissent rien, ils sortent sur le bord de la route pour participer à la fête, à un grand évènement ! Il y avait des milliers de personnes sur les 7 kilomètres entre le Moliko Stadium  et la prison de Upper Farm, un cordon continu avec parfois des endroits de liesse indescriptible ! Cris, chants, danses, musique à fond dans le bar ou la maison juste derrière ... incroyable!! Le nombre total de spectateurs dépasse les dizaines de milliers sur l’ensemble de la ville de Buéa ! Sur le Stade d’arrivée, groupes de percussion africains, groupes de danses, jongleur, élection de Miss Cameroun, … la fête bat son plein pendant plusieurs heures avec la foule des grands jours. Un jour de fête pour toute la population ! Même les Camerounais croisés dans l’avion pour Douala, apprenant que nous allions courir le Fako, décident de venir assister à l’épreuve pour nous encourager ! Spontané, et preuve de l’importance populaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà la plupart des éléments qui nous ont permis de vivre une aventure hors-norme et inoubliable ! Une véritable chance, tant les complexités pour y parvenir sont nombreuses ! Merci encore à tous ceux qui ont rendu possible ce projet sportif !

 

 

 

 

 

 

Le Lémurien

 

 



23/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres