Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

SOULE/BARETOUS 2014 : Lemur Camp Familly

 

 

Le concept ''Lemur Camp'' perdure encore et encore et on risque de ne pas en rester là. Des we partagés entre amis, en famille, dans un coin sympa et dans la mesure du possible toujours nouveau pour la plupart. Des moments très forts, qui laissent des souvenirs intarissables à tous ceux qui l'ont vécu, au même titre que les plus belles épreuves trail auxquelles chacun a pu participer. C'est difficile à expliquer mais ceux qui les vivent savent ce qu'il en est. Je prends un énorme plaisir à mettre en place ces LemurCamp, à faire découvrir ces Pyrénées qui me passionnent. A voir la liste de tous les coins que nous sommes allés explorer on peut déjà dire qu'on commence à avoir vu de belles choses, mais il en reste encore les amis ! On ne va pas s'arrêter là... parole de Lémurien.

Tous nos Lemur Camp depuis 2008


 

Ce LemurCamp de Pâques était baptisé ''LemurCamp Famillly'' car cette fois, nous étions avec femmes et enfants dans le fantastique Chalet du Braca, à deux pas de La Pierre Saint Martin. Un Lemur Camp entre Soule et Barétous, entre Pays Basque et Béarn, avec un programme des plus complets pour tenter de réjouir tout le monde, petits et grands, et ce quelle que soit la météo en cette fin de saison hivernale. Un défi de plus à relever! Nous nous sommes retrouvés à plus de 30 dans ce superbe gîte du Braca, qui peut accueillir jusqu'à 50 personnes. Avis à ceux qui veulent organiser des séjours, il est fabuleux. Contact Chalet du Braca.

 

Voilà quelques instantanés de ces 3 jours au cœur de le Lemur Team … qui je le rappelle, n'est pas du tout un Team au sens officiel du terme … un surnom qui est né  au moment où chaque équipementier mettait sur pied un ''Team Pro''. On n'est pas une équipe, on n'est pas un groupe, on n'est pas un club … on est un Team ! Et ouais mon gars!  C'était ironique … et c'est resté ; mais l'état d'esprit aussi est resté, c'est le plus important.

 


 

 

INSTANTANES LEMUR CAMP FAMILLY

 


 

 

Vendredi Soir

 

 

Rdv pour les premiers à Arette aux Cycles Tillous, propiétaires du Chalet. On y récupère une belle tome de fromage de brebis local pour la raclette, on charge la 206 à Christophe avec une ½ stère de bois pour la cheminée, les 20 baguettes pour le soir, les clés … le weekend est lancé... sous le soleil.

 

Découverte du gîte, installation … puis sur le coup de 20h00... petite idée improvisée ;''Il fait beau, quelqu'un est chaud pour une petite sortie de 10km sur la route jusqu'au Col de la Pierre St Martin pour le coucher du soleil ?'' 

Greg ok, Christophe ok, Jack à vélo … et les landais Jérôme et Greg, à peine sortis de la voiture, emboitent le pas : feu! On prends 2 frontales (au cas où) et go à fond les ballons.  Impro totale  …  Approche de la station, j'admire les couleurs de cette fin de journée, et mon œil est attiré par le sommet de l'Arlas, belle petite pointe au milieu du domaine. Petite analyse rapide du cheminement, de la distance, de l'heure … c'est jouable...  ''Les gars ça vous dit? Le but sera d'arriver en haut avant que le soleil ne se couche! Je suis sûr que ce sera beau!'' …et bim c'est parti, chacun pour soi, sur les pistes de ski puis dans la caillasse et les pentes raides pour le finish. Un superbe moment, de superbes couleurs, entre le Pic d'Anie et le soleil couchant, un défi relevé par tous, et une descente en mode ''snow-trail'' hyper rapide et grisante. Retour à la tombée de la nuit. Une sortie magnifique au Sommet du Pic d'Arlas. 600m de d+ environ.

 

IMG_8995 (Copier).JPG

 

IMG_9005 (Copier).JPG

 

IMG_9016 (Copier).JPG

 

 

Galerie Photo PICASA complète de cette Sortie à l'ARLAS

 

 

 

Les arrivées se font au compte goutte dans la soirée, chacun selon son timing, son trajet …  les pizzas sont englouties au fur et à mesure, et vers 23h00, tout le monde est là. Les retrouvailles, les premières anecdotes, ça chambre dans tous les sens pour le lendemain, … toute la Lemur Team est prête à en découdre sur les 3 jours à venir. Ambiance.

 

 

 

 


 

 

Samedi

 

Au petit matin, Sortie Trail du côté de St Engrâce. Conditions parfaites. Un groupe de 16 coureurs  super homogène, super ambiance, quelques bonnes séquences bien poussées (ceux qui chambrent faut bien qu'ils assument...)… et surtout un parcours spectaculaire. Les Gorges d'Ehujarré et le Pic de Lakoura en boucle. De belles pentes, une ligne de crête intégrale jusqu'au sommet, petites poses des mains, panorama à 360° à près de 2000m, de beaux névés pour la descente, et ce final au fond des gorges par un sentier technique et zigzagant à souhait... excellent parcours que je recommande.  Un peu plus de 4h pour ces 17km et plus de 1600m de d+ tout de même... une excellente entrée en matiére et bien assez déjà pour certains!

Trace Gps du Parcours à télécharger et profil

 

P4190016 (Copier).JPG

 

P4190038 (Copier).JPG

 

P4190074 (Copier).JPG

 

Galerie PICASA complète de ce tour des GORGES D'EHUJARRE

 

 

 

Tout le groupe se retrouve à St Engrâce à 11h et on enchaîne sur une petite randonnée au dessus du village, en face des Gorges, pour de belles vues panoramiques. 1h30 de ballade coureurs-femmes-enfants, quelques belles pentes, des ronces, des vaches … beaucoup d'émotions pour certains et de beaux panoramas partagés histoire de bien mériter le festin à suivre...

 

P4190100 (Copier).JPG

 

P4190104 (Copier).JPG

 

 

Pique-nique collectif sur le fronton de St Engrâce, sous un beau soleil qui réchauffe. Tout le monde met en commun ses spécialités maisons, pâtés, quiches, cakes, pizzas, charcuterie, salades, fromages, rouquin, tartes, cookies, gateaux … on a manqué de rien rassurez-vous, et les niveaux étaient refaits pour la suite. La suite ??  … changement du plan de bataille: on va optimiser cette belle journée car les prévisions du lendemain sont moins bonnes. Direction Logibar dès 15h00.

 

P4190110 (Copier).JPG

 

 

Logibar, en dessous de Larrau. 2 options. Sortie Trail pour les Gorges d'Holzarté et d'Olhadubi en boucle, ou promenade en famille jusqu'à la passerelle d'Holzarté en aller-retour. Chacun trouve sa place. Côté Trail, juste de quoi encore se tirer la bourre par moments lors de cette sortie de 2h et près de 800m d+. Un bel engagement physique de chaque ''Lemuros''. On retiendra le passage à la passerelle d'Holzarté, qui reste toujours impressionnante et vaut le détour. Un bel ouvrage et des gorges vertigineuses. … ça commence à tirer … mais ...

 

P4190120 (Copier).JPG

 

IMG_9061 (Copier).JPG

 

 

 

17h00 … la journée n'est pas encore terminée! Option bicyclette pour boucler la journée. Mais pas nimporte quel parcours, un tracé taillé dans le dur, une vraie étape de Montagne digne du Giro avec des routes pittoresques et des pentes abominables! Un peu moins de 50km et plus de 1800m de d+. Départ de Logibar – Licq - Haux – 1ère difficulté pour rejoindre la Route de Montory – passage sous les falaises d'Arguibelles pour la deuxième difficulté : un véritable mur sur gravillons – jonction vers la Route de Lanne en Barétous et ascension directe du Col d'Issarbe (Hors Catégorie) – courte descente pour rejoindre les 4 derniers km du Col du Soudet et basculer (enfin) au gîte. Une sortie inoubliable, avec dans nos bagages des néophytes du vélo de route (idéal pour débuter), et une guerre sans merci annoncée entre Lolo et Jack Darmaillacq.

Le récit de Lolo est tout simplement magique. Avec une petite culture cycliste, le texte est à mourir de rire. Un grand moment de vélo.

 

P4190142 (Copier).JPG

 


 

Salut les amis. Quel WEEK END !!!

Voilà comment j’ai vécu notre balade à vélo…. 

lolo

  

Une leçon de bicyclette !!!

Tout commence vendredi 18/04 à 8H du matin, je me lève et débute mon petit dèj. Je vois un mail du manager général Jack DARMAILLACQ la « légende », père de NIKO et GUILLAUME .

Tiens c’est bizarre, il veut me donner quelques infos pour le WEEK END épais de la Pierre ST MARTIN 24 h plutard. Non, non, non, rien de tout ça, le JACK me chauffe, m’expliquant qu’il s’est entrainé à l’ancienne cette semaine face au vent à la ANDRE TCHMIL et que pour notre virée en vélo sur les pentes hors catégorie d’Issarbe, il a embauché son fils Guillaume, le cadet comme poisson pilote. Je me dis il est fou ce type, il veut m’intimider dès le matin chez moi, c’est quoi ce traquenard.   1 semaine avant il était avec nous en tant que coordinateur au SPING RAID d’ARCACHON et il en menait pas large, 50 kilos tout mouillés après une gastro extreme, le visage buriné, mais qu’a-t-il fait cette semaine ou pris ? car oui il a un copain médecin vers chez lui, je ne connais pas son identité mais je crois qu’il aime bien les remèdes au Docteur Fuentes, vous m’avez compris…. Bon là je me dis, coco, on va causé sévère samedi AM, j’ai quand même roulé (pas un col c’est vrai), je me sens costaud, il va falloir qu’il ai du répondant même si je sens bien qu’il veut sacrifier Guillaume pour m’affaiblir.

 

J’élabore donc ma stratégie, je recrute mon fidèle lieutenant Steph le roseau, avec son nouveau vélo et son maillot vintage ou collector, un mélange Système U/Casino puis j’envisage d’enroler SEB, notre Pinot (le Flic) qui lui écrase les pédales et peut faire de très gros dégâts en début d’étape et au pied de la mythique montée. Mon 2ème choix tombe vite  à l’eau le jour J, pas de vélo pour le SEB, me voilà donc face à l’armada DARMAILLACQ, même si NIKO ne prends pas partie, il ne va pas rouler contre son patriarche et son frère quand même, quoi que !!!  Toute la matinée, le JACK me défie du regard, chaque fois qu’on se croise il me glisse « garde des forces jeune », putain il veut me mettre le doute !!! T’inquiètes pas dans quelques heures on va s’expliquer.

Début des hostilités, chacun se prépare dans sa voiture, pas un regard pour l’autre, je motive mon STEPH, on va dynamiter la course d’entrée à la sortie de LOGIBAR pour donner le ton. 7 coureurs sont sélectionnés pour cette courte mais dantesque étape (50 km 1800Md+), JACK PANTANI, Guillaume « Contador » Darmaillacq, NIKO QUINTANA, DIDIER  « North FACE », GREG pas LEMON plutôt LOOPING, 1ère sortie vélo depuis 10 ans, STEPH « Purito » BERRIOT et moi-même.

 

P4190129 (Copier).JPG

C’est parti, la voiture ouvreuse n’est pas encore passée que je prends les commandes, tout le monde en file indienne, mon Steph à mes côtés, Didier allié de circonstance, Guillaume qui se joint à nous et  nos relais mais pour casser le rythme et NIKO qui lui vient s’aérer la tête. Pas l’ombre du JACK, on va l’asphyxier sauf qu’on doit couper notre effort après 5 kilo, le jeune GREG ne prends pas les roues donc lutte face au vente tout seul. Le bon dieu et notre fair play sont avec  le JACK !!!!

Allez 1ère explication, on tourne à HAUX, 1ère butte se profile, je suis dans la roue de Nairo Quintana bien placé, la sensue Guillaume me colle, le tempo s’accélère, le 1er trou est fait. A la sortie d’un virage à gauche, le pistolero Guillaume place une attaque fantastique, une « giclette » incroyable qui nous dévaste, NIKO reste quelques secondes sans réponse mais comme je l’ai dit chez les DARMAILLACQ, pas de compassion ou de résultat tronqué, NIKO saute Guillaume sur la ligne et empoche les 10 points de bonus, Guillaume 2 moi 3ème plutôt satisfait de cette 1ère bosse. Arrive mon lieutenant devant le JACK et à quelques mètres le duo DIDIER/GREG. Je pense que la patriarche a compris que j’avais des canes, enfin je l’espère.

 

2ème bosse, même sur la carte on doutait du revetement, une montée digne du GIRO, des passages à + de 15% sur des gravillons. NIKO accélère, je réponds mais je ne peux pas me retourner car vélo est instable sur ce bitume. 1er virage Guillaume est là et me dépose à l’ancienne cul sur la selle à la JAN ULLRICH mais je reste au contact à 2 roues. Montée 1 km ou t’es en apnée, ça pique. Niko prend la nouvelle bonification, Guillaume second, 3ème pour ma poire, tiercé dans l’ordre. Je commence à penser que l’homme à abattre est Guillaume Contador et là je perds de vue mon challenge contre le patriarche car contre tout attente il est là 4ème à quelques secondes de moi et devant mon lieutenant qui à quelques soucis de braquets !!!! Ça se corse SIMONE. Tout le monde arrive, les visages sont marqués, GREG est passé mais en mode trial….

Dernier répit, descente pour arriver à la jonction du col ISSARBE.

 

Profil Issarbe - Soudet.gif

 

Allez la grande explication attendue arrive mais il va falloir bien négocier les 4 premiers kilomètres destructeurs.  Je fais la revue des forces en présence, notre duo DIDIER/GREG va faire le ''grupetto'' pour rentrer dans les délais (il faut quand même se dépêcher, il est bientôt 20H) et oui on attaque le vélo en fin d’AM !!!!

Mon STEPH semble bien mais ce début  d’ascension, va le mettre à l’amende donc vous l’aurez compris je me retrouve seul face à la meute DARMAILLACQ. Le JACK rigole, il avait bien plannifier la chose, il m’a isolé, il m’a laissé jouer en début d’étape avec les copains,en regardant parfois médusé les relais d’un autre temps du père GUILLEMET.

Bon que cela ne tienne, j’ai la volonté de combattre comme mon idole ROBERTO LAISEKA..

Niko devant imprime un sérieux tempo, je suis côte à côte avec GUILLAUME, le JACK un peu retrait, je suis confiant mais j’ai pas bien appréhendé les 15 km de montée. Les virages s’enchainent le NIKO veut le maillot à pois donc il pousse les pédales, Guillaume l’accompagne, je reste à distance convenable des 2. Je ne me focalise plus sur PANTANI, je le pense hors jeu en train de ramasser des joncquilles pour son épouse. Je suis mal placé en chasse patate, j’arrive à faire des jonctions avec les leaders mais je reprends vite 50 ou 60 m dans la vue , je me dis quand même que je vais me faire CONTADOR dans les derniers kilo. 

Alors qu’on entame les 5 derniers kilo, je me retourne quand même pour m’assurer de mon avance et là à 30 m derrière moi, le JACK arquebouté sur sa machine, la moustache grisonnante telle un pare buffle qui veut m’empaller, j’y crois pas, je monte fort et le revoilà à mes baskets !!!

Je relance une attaque, tiens prend ça dans le museau, sur le coup il prend 100m, je suis un champion, la je crois qu’il a compris, on se verra au buffet d’après course me dis je.

Mais non dans un retour de l’au-delà il revient une nouvelle fois, et là mes jambes commencent à me trahir, les cuisses sont gonflées, le souffle court, ça se complique au plus mauvais moment .Je tente un dernier coup de bluff, j’attaque au virage et je dépose Contador que je soupçonne de se laisser glisser à l' arrière pour ramener le Jack et le propulser pour le final. Je continue à mettre ce qui reste dans le réservoir, je me retourne j’ai Jack dans ma roue mais plus de Guillaume, le bougre a pris un gros ticket comme on dit dans le vélo il s' est garé, il est en flamme a 3km /heure, plus rien, le néant. Moins de 3kilo, Jack est à mes côté et il me la joue à l’italienne, intox ou pas, « petit ça va se jouer à l’épaule ». Je garde mon calme, ça monte fort malgré tout, on a perdu de vue QUINTANA qui s’est fait un final dynamique pour aller chercher une victoire méritée (5 minutes d’avance à l’arrivée). J’ai de la buée et pas que sur les lunettes, je ne suis plus lucide et je n’ai plus les moyens de réfléchir, à 200 m un panneau « ISSARBE », c’est bon ça…venga, animo j’entends le peuple basque tout d’orange vêtu me porter, je vous rassure il n’y a personne en bord de route, pas même une vache, seul un mano à mano d’anthologie avec le JACK .

Je produis mon sprint de loin, je mets le paquet, la ligne d’arrivée imaginaire est là, je coupe la ligne avec un boyau d’avance mais c’est quoi ce bordel, la route continue de grimper…virage à gauche, le JACK me pose une contre-attaque d’école, le temps que mon cœur ralentisse, il est trop tard, malgré un passage sur la grosse plaque, la route s’adoucit et PANTANI s’éloigne  dans un brouillard naissant, il remporte notre défi en levant les bras au ciel et en se signant comme Marco le pirate. Niko est là pour immortaliser le moment avec une photo qui va rentrer dans la légende du vélo. Je coupe la ligne 10 secondes plutard, je tombe sur le bas-côté, la gerbe et la tête qui tourne. Je suis avachi sur la pelouse quand «  l’elefantino » vient enfoncer le clou en me narguant et me montrant du doigt sa cassette et le pignon avec lequel il a porté l’estocade. Il m’enterre littéralement.

 

P4190140 (Copier).JPG

 

P4190143 (Copier).JPG

 

5 min s’écoulent, la tension extrême de la montée retombe et il est l’heure de faire les comptes. Nous sommes toujours 3, l’ascension a du faire de sacrés écarts. De mi tour on descend, à moins d’1 km du sommet, arrive « Purito » Berriot, il a fait une belle étape au tempo. Par contre il a dépassé Captain Flamme Guillaume que l’on retrouve 500 m derrière allongé en bord de route, tête sur le casque. Il ventile, défoncé, on aime ça cet engagement total et gratuit. Il fait froid, les organismes sont fatigués mais il nous manque toujours le tandem GREG/DIDIER. Niko tente d’alerter notre voiture balai au chalet mais pas de réseau. Il descend à leur rencontre quant à nous on repart vers le col du Soudet et le chalet pour envoyer une bagnole. Dans la petite descente avant le Soudet, j’ai les dents qui claquent, mon Steph est frigorifié, il n’arrive plus à freiner. Ouf le croisement et le final avec 4 kilo de montée sont là, on va se réchauffer. Un coup de tête à gauche, plus de STEPH, il arrive piano, coup de tête à droite, putain le JACK avec grand sourire, les jambes qui tournent comme sur un home trainer, il me montre bien qu’il n’est pas là par hasard. On continue à monter fort à 500 m de la bascule, il me place une légère accélération pour bien me faire rentrer la leçon. Au croisement de la Pierre, il me dit c’est bon petit on rentre, sacré Pantani il m’a mis une belle fessée.

 

Au chalet, il rentre triomphant, mon scalp à la main, la foule est en délire, il explique à qui veut l’entendre comment il m’a désarçonné facilement. C’est trop, je prends mon camion pour récupérer les survivants. Une 1ère voiture est déjà partie avec Sylvain  « le bombero » et Jean Marc « PAPA ». Près du croisement de la PIERRE arrive le pistolero qui semble avoir repris quelques couleurs, je l’arrête et lui demande ou est STEPH, il me dit devant moi. AH y’a un problème, y’ a personne devant toi il me dit oui et insiste, bon vu qu’il revient de Grozny, je le laisse filer au Chalet. On savait qu’il pouvait y avoir des pertes dans cette étape mais le roseau ça fait chier. Je monte par acquis de conscience en haut de la station et au croisement pour basculer vers l’Espagne, un mec en jaune type le gars de le DDE. Purito presque en hypothermie mais qu’est-ce que tu fous là ? Eh bien j’attends les autres, mais t’es pas lucide, le gars s’est tapé 1km de plus en montée mais il comptait monter sur les piste de ski aussi ?

Rapatriement en camion direction le chalet. Il est 21h passé. On se jette sur le buffet, Guillaume a déjà fait la razzia, je prends une semblant de pain/ pâté, tout passe, à vrai dire c’est du foie gras, j’ai rien senti. Arrive enfin, les héros DIDIER/GREG avec la voiture balaie. Ils ont lutté sévère, pied à terre parfois puis remontées sur leur « espalda », ils ont vaincu.

Quintana lui n’est pas monté dans la voiture, il s’est fait le final à vélo et en solo , à la pédale, à la tombée de la nuit. 

Ça y est tout le monde et là sain et sauf après une séance de vélo qui restera dans les annales…. Comme dirait le druide Cyril Guimard, y’en a un qui a couru avec les jambes et un qui a couru avec les jambes et la tête…sacré JACK, il m’a broyé.

 

Une seule recommandation pour celles et ceux qui croiseront un jour à bicyclette la « family » Darmaillacq , passez-vous en préambule le film de SERGIO LEONE (avec la musique c’est mieux) Il buono, il brutto, il cattivo (le bon, la brute et le truand). En effet vous verrez Guillaume le bon, mec sobre, propre sur lui, le brute NIKO, un physique hors norme qui te massacre et le truand JACK, pas parce que c’est un ancien banquier à la retraite, je vous rassure il n’a pas trempé dans l’affaire MADOFF mais parce qu’il vous la joue à l’envers, il vous endort, il vous bouscule et vous craquez…

 

Voilà merci GERARD HOLTZ, VIVE LE VELO


 

 

Fin de journée au gîte : pasta party, bières, rouquin, feu de cheminée, fromage de pays, … chacun y trouve son compte... une journée à plus de 5000m de d+ pour certains … personne ne demande son reste pour aller se coucher... il reste encore 2 jours, mais ce qui est fait est fait, et bien fait jusque là !

 

IMG_0084.JPG

 

 

 

Dimanche

 

Au petit matin, la météo est conforme à celle annoncée, maussade voire pluvieuse, avec brouillard plutôt du genre épais. Pas de quoi empêcher une Chasse aux Oeufs de Pâques XXL dans la neige, aux alentours du gîte, pour la plus grande joie des Petits (et d'autres). Session luge pour petits (et grands) …un bon moment familial tous ensemble sur ce bel espace autour du gîte.

 

P4200154 (Copier).JPG

 

 

 

Fin de matinée, improvisation de sortie, improvisation de parcours, certains ont déjà les jambes qui démangent ... nous allons visiter le secteur de Barlagne pour une petite bouclette. Départ du gîte, nous sommes un groupe de 10. Je leur déniche une montée plutôt du genre direct dans ce superbe bois de Barlagne, direction la Cabane de Camplong. Ils aiment ça les gars, droits sur leurs bâtons ou nez dans les chaussures, ils ont l'habitude à force ... sauf que cette fois, je leur ai fait le coup de la panne...panne de piles sur mon GPS … dans ce secteur pommatoire, dans la neige et un brouillard qui empêche toute visibilité, ça complique vraiment les 4 derniers petits km qui nous séparent du gîte ! Oups … certains ont apprécié, d'autres beaucoup moins... 1h à batailler, à serpenter, à s'enfoncer dans la neige, à monter, descendre, monter, descendre … 1h en mode kho-lanta / rambo, accrochés aux arbres,  sans aucune trace de vie (là c'est un peu dramatique) , avec heureusement un cap approximatif grâce aux montres GPS de certains.

De quoi travailler le mental dans ce final interminable, sans aucuns repères, … un travail de sape qui nous ralentira grandement … mais qui rendra aussi cette petite sortie par temps maussade mémorable. Une page de plus de nos LemurCamp.  On rentre pour 13h30 et le repas au coin de la cheminée. What else !

 

P4200179 (Copier).JPG

 

 

 

Après-Midi

 

Nous partons tous au village de Haux, à côté de Licq, en terres Souletines, pour les fêtes du village et sa Course à la Montagne ! Course pour les enfants, et Course pour les grands dans la foulée. C'est l'épreuve d'ouverture du Challenge des Courses à la Montagne entre Aspe et Ossau, des courses ancestrales de bergers, 100% authentiques, historiques, culturelles, rustiques et brutales...l'essence et le retour aux sources des Courses de Montagne.

 

Les enfants s'en sont donnés à cœur joie sur une ou deux boucles dans le village en fonction de l'âge. Ils ont eu droit à l'appel, au starter, aux encouragements à l'arrivée, au goûter, au podium et même à l'article de presse dans la République ! La grande classe, le tout gratuitement comme d'habitude sur le Challenge … une tradition, un exemple, des valeurs saines qui font du bien ; des après-midi en famille simples, courtes (à la différence de longues heures d'attente sur nos trails habituels), spectaculaires, festives, amicales, … bref je suis fan de ces Courses à la Montagne authentiques.

 

Article Haux.JPG

 


 

 

''Retour aux sources''  by Niko

 

LA course des ''grands''. La montée de l'Inchouriste, ce sommet à la tête rocailleuse qui domine le village de Haux. Selon les dires des habitués, cette épreuve est une ''belle'' dans le calendrier car le tracé respecte les traditions des bergers : aller au plus direct. Les chiffres annoncent 3,5km et un d+/d- de 410m. Mais entre le départ de l'église et le premier sentier, il y a bien 600 mètres de bitume pour très peu de dénvelé … autant dire que les 400m à grimper et à dévaler sont presque condensés en 2km ! 40% de pente … on doit pas en être loin. Brutal.

 

Les inscriptions se font sur place (gratuitement), on dépose le certificat médical, chacun choisit son dossard (ou plutôt morceau de tissu numéroté), on décrypte l'itinéraire que l'on devine sur la montagne juste face à nous... puis arrive l'heure du départ. Appel nominatif des participants, comme à l'école par le Maître, par ordre de dossard. 39 Partants. Un bon score  par ce temps (faut dire qu'avec 13 Lemuros, on a gonflé les effectifs).Authentique.

 

Mais le nombre ne reflète pas pour autant la qualité. Il y a des habitués, des spécialistes de la discipline. L'équipement est des plus simplistes, mais bien calculé : short et débardeur pour tous, mais on va découvrir les petits plus qui feront toute la différence : les gants, les bâtons (bien cachés dans le fossé), et surtout, les crampons de foot ou de rugby … un autre monde par rapport à notre matériel du futur que l'on utilise en Trail... mais tellement plus proche de la réalité, et surtout de ce qui est nécessaire. Rustique.

 

Le départ. Le ton est donné d'entrée. L'effort sera court … mais maximal. Aucun calcul à faire, c'est tout à fond, faut faire parler les Watts ! Peu importe dans quelles conditions de fatigue nous sommes arrivés, nous sommes venus nous frotter à ce parcours, nous frotter à ces spécialistes des pentes raides, … on va pas faire semblant. Engagement total.

 

A la montée, c'est relativement simple, chacun à sa place. Le cardio envoie des signaux d'alarme, les cuisses crient ''Arêtes, arêtes !!!'' … les mains accrochées aux fougères, le nez dans les chaussures (on peut même parfois distinguer les coureurs situés en dessous entre ses pieds!) … c'est court et très long à la fois. Pas de sentier, droit dans les fougères, les ronces … une rubalise tous les 200m, on trace à l'azimut, au plus droit toujours vers le haut tant que ça monte. Le village parâit très vite bien bas...sommet de l'Inchouriste. Le danger est alors de croire que c'est bon, que le plus dur est fait … et bien pas du tout. Dans ces courses, la difficulté réside dans la descente. Les écarts sont énormes. Certains Lemuros en ont fait les frais. Un sacré retour aux sources pour toi le grand traileur habitué aux formats XXL, quand tu te trouves incapable de suivre un gamin de 15ans qui dévale la pente avec ses crampons et son short de rugby. Ca remet en place. Ici c'est la bonne école : effort, technique, engagement, vitesse, compétition … le retour aux bases! Y a qu'à voir la photo du podium, les jambes ensanglantées sont la preuve du combat livré sur ces pentes de l'Inchouriste, où tout s'est joué à la descente, l'espace de quelques minutes. Engagement total, glissades, chutes, … chaque mètre de gagné est un mètre de gagné et une prise de rique supplémentaire pour le poursuivant … jusqu'à la faute, jusquà la peur de la chute, celui qui freine a perdu … ça ce joue à l'ancienne. Risque maximal.

 

Tout se conclue en beauté, avec le ravitaillement offert par le Comité des Fêtes, quelques bières autour de la buvette (pour certains ça dure plus longtemps que la course elle-même), et une remise des prix comme on en voit jamais. En rapellant que la Course est gratuite, TOUS les coureurs sont apellés sur le podium, du dernier au premier, à tour de rôle avec l'ovation qui va avec, et se voit remettre la MEME dotation, 2 boîtes de pâté et une quille de rouge. Sportivité et Convivialité.

 


 

IMG_9096 (Copier).JPG

 

IMG_9156 (Copier).JPG

 

Seb Haux.jpg

 

IMG_9224 (Copier).JPG

 

IMG_0167.JPG

 

IMG_0166.JPG

 

Galerie Photo Complète de la Course de l'Inchouriste de HAUX

 

 

Ces Courses à la Montagne sont fabuleuses. Elles doivent le rester, garder ce caractère qui fait leur originalité. Une expérience à vivre.

 

 

 

Soirée

Les conditions météos ont eu raison de notre retour prévu à bicyclette par le Col du Soudet. La partie de manivelle de la veille avait déjà refroidie quelques ardeurs, là, nous nous sommes résolus à la sagesse... en croisant les doigts pour que les éclaircies prévues pour le lendemain soient bien réelles. Excellente soirée au gîte autour d'une raclette succulente. Une grosse journée comme on les aime. Il y en avait pour tous les goûts.

 

 


 

 

 

Lundi

 

 

Dernière session de ce LemurCamp. Sortie Ski de Rando au programme pour compléter la panoplie du weekend. Sortie itiatique pour certains, en raquettes faute de matériel (ou de technique) pour d'autres, donc itinéraire plutôt simple, avec départ du gîte et ascension du Soum Couy au dessus de la Station de La Pierre.

Les conditions auront été avec nous, contre toute attente. Pas de vent, un grand soleil, de la neige … de quoi faire une belle sortie de clôture dans ces paysages Barétounais splendides, grands ouverts sur la plaine d'un côté, et avec ces sapins enneigés et le Petit Cervin du Barétous de l'autre (Pic d'Anie) … fantastique. Les cuisses sont dosées mais les sourires en disent long. Un petit final sur la crête les skis sur le dos, contemplation au sommet, et une belle descente par le Boulevard des Pyrénées dans la station presque vide en ce jour de fermeture. Une descente tout schuss, en mode ''ski-cross'' pour un dernier effort sur les quadris … et nous retrouvons femmes et enfants sur la piste de luge au cœur de la Station.

 

P4210193 (Copier).JPG

 

P4210197 (Copier).JPG

 

P4210208 (Copier).JPG

 

P4210232 (Copier).JPG

 

Toutes les Photos de la Sortie au SOUM COUY

 

 

 

Un dernier repas et il est temps de cloturer ce Lemur Camp Familly des plus complets, avec la découverte de ce superbe gîte, de ces belles Gorges entre Soule et Barétous, de ces Courses à la Montagne authentique, un Lemur Camp entre amis, en famille, avec des moments partagés toujours aussi forts, des sessions épiques et mémorables ...bref tout s'est bien passé ! Rendez-vous au prochain épisode.

 

 

 

Niko Le Lémurien



27/04/2014
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres