Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

ANDORRE 2010

ANDORRA ULTRA TRAIL  2ème Edition

25 Juin 2010

ORDINO

 

 

Dès la première édition, j'avais senti que cette course avait quelque chose !  Déjà les chiffres parlent d'eux-mêmes : 112km et 9700m de d+ annoncés !  Autant dire qu'il n'y aura pas beaucoup de portions roulantes … çà ma plaît bien çà ! Ensuite, le parcours est un parcours de montagne, où près de 90km se courent à plus de 2000m d'altitude, des cols, des sommets, des lacs d'altitude, des sites classés comme la Vallée du Madriu, … de la vraie montagne !  Le parcours a du sens, il ne s'agit pas non plus de faire de la difficulté pour de la difficulté, le but est quand même de faire le Tour d'un Pays ! C'est pas mal comme symbole de faire le Tour d'un Pays en une seule boucle, ce n'est pas tous les jours qu'on peut le faire ! … et qui plus est en passant par son point culminant, le Pic de la Coma Pedrosa à 2940m…  Le décor est posé, comment ne pas y aller !!  D'autant que les potes sont partants, donc plus aucune hésitation, on va se faire une petite virée collective tous ensemble dans la Vallée d'Ordino sur quelques jours en montagne, du bonheur !

 

Au niveau préparation, cela fait plusieurs mois que je me prépare en conséquence pour cette épreuve, que j'avais ciblée comme le premier rendez-vous de cette saison 2010 ; grosse préparation musculaire, notamment avec un nouveau travail d'électrostimulation sur plusieurs semaines qui s'est avéré extrêmement bénéfique, préparation physique bien sûr avec plusieurs weekend choc dont un dernier à Gavarnie, et une analyse de la course la plus précise possible pour bien planifier ma gestion de course, et cela grâce aux excellents conseils des extras organisateurs de cette épreuve, Gérard Martinez et Valérie Lafleur, toujours disponibles pour répondre à mes sollicitations !  (Et en plus ils m'aideront pour la Traversée des Pyrénées sur cette portion Andorrane). Malgré les doutes qui s'installent en fin de préparation suite aux grosses charges encaissées, tous les feux semblent au vert pour partir en Andorre et affronter ce véritable chantier, le mot n'est pas trop fort, vous verrez !

 

 

Jeudi Après-Midi, nous voilà partis avec le Camping Car direction l'Andorre ! Je récupère au passage Seb (Lefebvre) et Steph (Salerno), motivés ces derniers jours pour participer à la fête avec le groupe ! Enorme, on ne verra pas passer la route ! Mes parents et Lana nous suivent en voiture. Vers 20h, nous traversons Ordino pour rejoindre le très agréable Camping d'Ansalonga, où la ''Lemur Team'' va établir le camp de base pour ces 3 jours ; nous y retrouvons la Famille Sergé et le groupe de Bretons venus  aussi au RDV, et demain, c'est la Famille Horeau qui nous rejoindra ;  Martxel, Sylvain, Willy ne sont pas très loin non plus, la fête peut commencer comme dit Gérard !

 

 

Après une bonne nuit de repos sous la tente, nous sommes allés faire une petite reconnaissance des derniers kilomètres, histoire de dégourdir les jambes avant ce départ à Minuit ; on nous dépose en voiture à hauteur de Sornat, et il nous reste 7-8km pour rejoindre le camping ; au bout de 124 mètres (je crois que c'est çà !), mon père se vrille la cheville, elle est HS ! Il souffre … il rentrera à pied, avec la déception de ne pas pouvoir courir le lendemain, … difficile pour nous 4, avec Christophe, Steph et Seb de continuer cette ballade, mais finalement, nous nous avançons. Le footing durera environ 55', avec des bonnes rigolades, des sessions photos – vidéos parodies des vidéos mises en ligne par l'organisation … un bon moment tout de même, juste ce qu'il faut pour transpirer un peu et prendre l'air ! Le Jack arrivera tranquillement, après aussi quelques pauses photos …  et le reste de la journée va passer très très vite !

 

 

C'est l'heure des préparatifs, on regarde encore une fois grâce au Wifi du camping les vidéos géniales de Gérard (mais il ne faut pas s'y méprendre, ce ne sera pas si facile !! la ''ballade'' va être corsée !), le Pilou et Paul arrivent pour le repas, l'heure de la sieste s'impose pour tous car les heures de sommeil seront comptées sur les jours à venir (s'y j'avais su à quel point !) … et vers 15h, nous allons nous rendre tous ensemble au Village pour la récupération des Dossards et le Briefing d'avant-course de … Gérard et Valérie bien sûr ! Le Village d'Ordino est un village très agréable, avec une belle ruelle et des maisons toutes en pierres, et c'est bien celle que nous emprunterons au départ et à l'arrivée (normalement). Aux dossards, nous récupérons notre poche, ainsi que pour moi ma Balise GPS GeoFp, pour me suivre à la trace en live ! 17 coureurs en sont équipés, pour une animation de la course la meilleure possible ; tous les moyens semblent mis en œuvre pour que cette épreuve soit grandiose ! Le briefing est remarquable, Gérard présente son épreuve avec humour et sérieux à la fois, nous entrons dans le vif du sujet … l'heure du départ approche ! Les dernières infos météos ne sont pas aussi bonnes que nous pensions en arrivant : des orages en fin de soirée ce soir et demain sont prévus, l'isotherme sera proche du sommet de la Coma Pedrosa … mais la nuit de pleine lune devrait être dégagée et le soleil présent en début de journée ! Les conditions seront difficiles, avec des quantités de neige assez conséquentes encore en cette fin juin …  le chantier est dévoilé !! … même si les temps prévisionnels restent pour beaucoup très aléatoires … pour ne pas dire trop optimistes même … de toute façon, on peut plus reculer, va falloir y aller faire le tour du Pays Andorran !!  Retour au camping, on passe aux préparatifs : matériel, puce électronique, boissons, ravitaillements, sac d'assistance, … on entre dans la course … H-6 environ ! Dernier repas tous ensemble (encore on mange !!  mais on fait que çà ??), puis il va être l'heure de s'allonger quelque peu ; je mets le réveil pour ne pas m'endormir, ou juste 5' maxi pour ne pas entrer dans un cycle entier de sommeil sous peine d'être un peu vaseux sur le coup de minuit, donc je relis mes topos, mes temps de passage, tranquillement sous ma tente, alors que dehors, ce sont des trombes d'eau qui tombent, comme l'avait prédit la météo !  23h, H-1, la pluie s'arrête, il est tant d'y aller, les jeux sont faits, direction le centre du Village d'Ordino, avec Pilou et Seb, Jack et Steph se chargeant des photos et vidéos. Et il y a du monde pour nous voir partir, c'est super ! Contrôle des puces, Feu d'artifice à 23h45, les dernières recommandations de Gérard, en Catalan puis en Français, et le son commence à monter ! Une musique symphonique qui met des frissons, les fumigènes s'allument, l'ambiance est excellente, je ''kiffe'' ces départs nocturnes !!!  La vidéo parle ensuite d'elle-même …  çà y est, 0h00 …  l'aventure andorrane commence …

 

 

COMPTE RENDU DE LA COURSE

 

Section 1   - Ordino – Refuge de Coma Pedrosa

 

 

Comme le montre le profil, si on regarde bien l'échelle, on voit que les hostilités vont commencer très vite ! Les 6km pour nous mener à Llort (30' pour moi) ne sont qu'une formalité, un simple échauffement ; j'ai laissé un peu filer l'avant-garde du peloton, je me suis vite découvert de mon maillot manches longues pour ne garder que mon sous-vêtement technique car il fait pour l'instant bien chaud. Le passage au village est très chaleureux …  mais on va vite se retrouver bien seuls très rapidement … la montée fait 5km pour 1200m de d+ … déjà c'est pas mal pour commencer ! Je remonte petit à petit, surveille bien ma Suunto (réglée sur Altimètre – FC – Chrono pour tout bien gérer en même temps ! ah la technologie … j'en suis dépendant !!). Tout va bien, FC à 155 …  je remonte … quelques relances en courant … et je me retrouve vite bien seul. A un moment, avec un peu de visibilité, j'aperçois devant un groupe de 3-4 frontales déjà 5' devant je pense. Derrière, çà s'effiloche, les lucioles s'étirent encore jusqu'au fond de la Vallée, c'est magnifique …

 

 

Un petit replat, juste le temps de remettre mon maillot manches longues car la T° baisse avec l'altitude et nous attaquons la partie finale de ce Clot del Cavall à 2600m ; 3 frontales devant, et 2 juste devant moi je crois … la crête est magnifique ! Nous percevons les lumières des villages en fond de vallée, on parcourt une crête en distinguant les frontales juste devant et d'autres à l'arrière … un des premiers grands moments de cette aventure !  Pas trop le temps de se déconcentrer car je n'ai pas encore évoqué çà, mais le terrain est d'une technicité rarement rencontrée !! Pourtant j'aime çà, mais là, c'est du lourd ! Descente technique … un petit chemin a flanc de montagne pour rejoindre le refuge au pied de la Coma Pedrosa. Nous arrivons groupés à 3 pour la troisième place, Gérard est là (Comment il a fait çà ???) pour quelques encouragements, je fais le plein d'eau dans mes bouteilles, et on attaque l'ascension de la Coma Pedrosa, LE sommet Andorran, LA référence ! Et la renommée se confirme ! 3km, 900m de d+ … le départ dans des blocs rocheux, la suite droit dans la pente, dans la neige, sur les marches taillées pour l'occasion, avec des cordes au cas où  … et le final sur la crête, en posant les mains sur les blocs ! Le son de la cornemuse nous accompagne depuis un moment, et le son grandissant indique l'approche du sommet ! La pleine lune est à droite … encore un passage mémorable, merci Gérard de nous avoir envoyé là haut à 3h du mat !!

 

 

 

 

La descente c'est aussi quelque chose !  Du vrai skyrunning, en version nocturne ! Engagement obligatoire, sous peine de marcher de longues heures ! Quelques dérapages, glissades … je suis désormais seul 3ème suite à une bonne montée à la Coma Pedrosa … je savoure ces instants de course uniques … passage dans la neige de nouveau au bord du Lac Negre, la lumière de la lune sur la neige offre encore un spectacle splendide … et je vais terminer tranquillement ma descente vers le Refuge de la Coma Pedrosa de Margareth … première petite pause de l'aventure, 3-4' après 4h de course environ il ma semble.

 

 

Section 2   - Refuge de Coma Pedrosa  - Pont de la Margineda

 

 

Sortie du refuge, petite remontée à la Portella de Sanfonts (un petit rien du tout celle là !! lol). Une formalité (ou du moins je me rappelle de rien de particulier !!). Ensuite, une bonne section de récupération, en direction du Col de la Botella puis le Col de Montaner. Je temporise légèrement, et de toute façon ces portions de course ne sont jamais à mon avantage … à l'approche du ravitaillement, 2 espagnols me dépassent, il s'agit d'Oscar Perez Lopez (N°7) et de Salvador Calvo Redondo (N°4) un des dauphins de Kilian sur la première édition. Je laisse filer, je dois en plus faire une pause technique sur le bas côté …   arrivé au ravito, mon père est là ! Il est tout juste 5h du matin … et je lui dis au passage de ne rien regretter pour son 35km … impossible de poser les pieds vu la technicité donc vu sa cheville … c'était MISSION IMPOSSIBLE.  Je prends de nouveau 3-4' pour me ravitailler correctement, et pour prendre le nécessaire à la prochaine section. Nous allons parcourir un petit chemin bien souple, un des rares moments d'accalmie sur cette épopée finalement ! J'en profite, d'autant plus que je dois repasser par là d'ici peu au cours de la Traversée. J'arrive au Col de Montaner, et je me fais doubler cette fois par Jordi Martinez (N°2), coureur parti en short-débardeur avec juste deux bidons !! A la Kilian un peu quoi ! lol. Je pointe donc 6ème, au pied de Bony de la Pica. Il va bientôt faire jour, et sur cette remontée très raide de 350 mètres, je ressors mes bâtons, et je remonte petit à petit sur mes prédécesseurs avant le sommet. Le jour va se lever. Je prends le temps au sommet de contempler le panorama, et le bénévole présent au sommet me fait une petite description du chantier à venir …  mémorable ! Regardez la vidéo !

 

 

La pause terminée, il faut s'engager dans la descente ! Je dis bien engager, car là, c'est la portion la plus technique de l'épreuve ; du devers, des herbes glissantes, des pierres tranchantes, une pente extrême … tout pour nous empêcher de rester debout ! Les cordes, les bénévoles, les chaînes sont là pour nous aider, mais sur près de 30' de descente, impossible de courir ! L'engagement est maximal, mais avec de la prise de risque … hors l'arrivée est encore loin, donc ça vaut pas trop le coup ! Patience donc …  Salvador pousse quelques injures (je ne connais pas bien l'espagnol mais je pense avoir compris qu'il en avait marre de ce type de terrain !!!) … je fais alors route avec Oscar un petit moment … puis nous retrouvons un sentier cette fois praticable, pentu certes, mais praticable ! Impossible de récupérer sur ces sections, il faut sortir les freins !! Une bonne remontée en cours de descente au Col Jovell, puis un superbe sentier pour descendre les 500 derniers mètres (de dénivelé bien sûr sur les 1600 de cette descente) dans la forêt ; petits virages serrés, terrain souple avec quelques pierres et quelques racines, chemin étroit pour de meilleures sensations de vitesse … une belle fin de descente !  Une fois en bas, nous arrivons de suite au premier gros ravitaillement de la Margineda. Il est 7h environ, les deux premiers sont passés il y a près de 30' je crois, et je dois être 4ème en entrant, derrière Jordi Martinez 3ème. Changement de tenue, soupe régénératrice, ravitaillement, …  10' de pause et il faut repartir (je suis de nouveau 6ème) pour une terrible montée.

 

 

 

Section 3   - Pont de la Margineda - Refuge Pierafita

 

 

Au menu du petit déjeuner pour ce lever du jour, une terrible ascension, longue de 1600m de d+, avec un début très très pentu. Juste le temps de longer la rivière, traverser la voie rapide escorté par la police, le fameux pont, et nous voilà très vite dans le concret ! Sortie de bâtons obligatoire, et en avant ! Je me sens bien seul dans cette forêt … pas un seul signe de vie ! La pente est extrêmement forte, plus de 700m de d+ sur 2.5km je crois dès le départ … tout ce que j'aime quoi ! C'est sur, mais mon rythme est bon puisque je reprends et dépasse Oscar Perez Lopez assez vite, puis un peu plus loin, Salvador Calvo Redondo. Me voilà de nouveau en 4ème place, mais sincèrement, je n'ai jamais couru après la place ! Je suis vraiment en mode ''gestion'', car la difficulté est telle que je suis toujours à la limite de la rupture ! Je pensais que ce serait dur, mais pas à ce point ! Je fais très attention à mon alimentation, mon hydratation … la cardio avoisine depuis le départ les 155-160 pulsations, ce qui est assez élevé pour moi finalement. Nous en sommes déjà à 9h d'effort environ … Je parviens à relancer correctement sur cette longue ascension, jusqu'au passage du sommet. La partie suivante ne m'a pas laissé grands souvenirs (c'est bizarre çà d'ailleurs ??) ; j'ai bien entendu les cris des marmottes dans le secteur de Pierrafita, mais j'avais le nez dans le guidon pour ne pas me prendre les pieds dans le tapis ! Pointage rapide au refuge, et c'est reparti !

 

Section 4   - Refuge Pierafita   -  Bordes d'Envalira

 

 

Tout se passe plus ou moins  bien jusque là, mais au passage du col au dessus du refuge, gros coup  de mou ; passage a vide, plus envie …  et d'ailleurs, c'est ne néant au niveau des photos et des vidéos, souvent un signe que ça va plus très bien !! Au sommet, je m'arrête ; je pose mes fesses sur un caillou, puis j'attends. ''Qu'est-ce que je fais là !??'' … pas de réponse, et puis de toute façon, çà sert à rien de rester là … je repars ! Petite descente pour rejoindre le Val du Madriu, superbe vallée classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Je pointe, et je m'engage désormais sur la très longue remontée vers l'Estany de l'Illa et le Col dels Pessons. Sur ce tronçon, j'ai la chance de faire un bout de route avec Stéphanie Jimenez, venue à la rencontre des coureurs ; pour ceux qui ne la connaissent pas Stéphanie est une championne de Skyrunning et je peux vous dire que sa sympathie est à la hauteur de ses qualités physiques ! Une rencontre vraiment sympa, qui m'a redonné un bon coup au moral ; elle m'a suivie très gentiment jusqu'au Refuge de l'Illa et finalement, cette portion est passée très vite. Seul petit souci, j'y ai laissé en route un petit morceau de mon bâton carbone avec la pointe … zut ! Au refuge, je pointe finalement encore 4ème, malgré mon coup de mou précédent, mais les deux Hommes forts du jour Julien et Miguel sont déjà passés il y a une heure ! Accueil très sympathique sur ce ravitaillement, puis il me faut décoller pour la partie finale de l'ascension au dessus du Lac, jusqu'au Col del Pessons. J'aperçois brièvement à un moment donné mon prédécesseur, et lorsque je me retourne à mi-montée, Oscar semble sur les bords du lac. Le passage au sommet est un nouveau grand moment de ce parcours, un panorama extraordinaire à 360° sur les montagnes environnantes, et plus proche, le lac de l'Illa que l'on vient de longer et de l'autre côté, le Cirque dels Pessons, et sa multitude de lacs … que nous allons traversés ! C'est vraiment magnifique, je découvre vraiment l'Andorre différemment que de par ses ruelles commerçantes !! Les images parlent aussi très bien sur ce passage.

 

 

La descente est d'entrée technique, très pierreuse, pour rejoindre les lacs. Je me suis vraiment plaisir sur cette portion. Le long des lacs, la traversée du cirque est assez longue, mais le cadre est somptueux ; nous pouvons trouver ici quelques signes de civilisation (et oui enfin !!), avec quelques randonneurs et quelques pêcheurs amoureux de la montagne. Une fois tous ces lacs longés, enjambés, traversés (non pas quand même !!) … petit pointage, et là, le désastre ! Une large piste, suivie de longs alpages, sur des pistes de ski, sur plusieurs kilomètres, sans aucun dénivelé ou presque (petite remontée, faux-plats) … une profonde monotonie qui va me faire de nouveau sombrer !!!

 

 

 

Il ne me tarde qu'une seule chose, de basculer enfin pour rejoindre les Bordes d'Envalira, 2ème gros ravitaillement ; je n'en peux plus, je suis à bout de force, la machine s'est enrayée … mon cerveau me lâche et l'abandon me semble la seule issue ! L'idée même de remonter en face et d'enchaîner encore 3 ascensions s'avère impossible pour moi …  bref, je suis au plus mal, malgré cette toujours 4ème place dont je me f.. royalement en fait à ce moment là, la souffrance étant trop forte !!! A l'approche du ravito, je vois mes proches, ma fille donne de grands coups de sifflets … çà fait du bien ! Je n'ai alors qu'une envie, c'est de m'assoir … ravitaillement obligatoire…

 

 

 

Section 5   -  Bordes d'Envalira – Refuge Coms de Jan

 

Que le temps va être long sur ce ravitaillement ! J'ai perdu de ma lucidité … je ne sais plus où j'en suis. Convaincu qu'il faille que je m'arrête, car je me sens incapable de terminer les 36km restants, mes proches et mon ami Sylvain vont faire le nécessaire pour me rebooster !!Comme quoi une assistance morale peut s'avérer indispensable dans ces moments de doute intérieur … Merci à vous !  J'ai bien du rester 15-20' sur le poste, le temps qu'Oscar et Salvador reviennent sur moi ; avec eux, c'est le moment ou jamais de repartir de toute façon, soit je m'accroche au wagon, soit c'est plié ! Ca se joue à rien du tout des fois, et je loin d'imaginer la suite à ce moment là, même si j'ai pourtant déjà vécu une situation un peu similaire sur le GRR l'an passé … la lucidité fait défaut pour se remémorer ces moments là !  Finalement, c'est reparti ! Ce n'est pas très brillant, mais on verra bien ! D'entrée on attaque de bonnes pentes après la route du Port d'Envalira ; Oscar décroche, et pourtant nous n'allons pas bien vite ; cela montre bien que tous les organismes sont bien touchés, et que le syndrome du yoyo touche bien tous les coureurs à tour de rôle ! Pendant de très longues minutes je m'accroche à mes bâtons, accroché aux basques de Salvador …  et finalement, sans m'en apercevoir de suite, je suis en train d'assimiler le ravitaillement précédent, t la forme va revenir !  C'est çà qui me fait dire que ''L'ultra, c'est plus fort que toi !'' … le cerveau commande alors que le corps est capable de choses insoupçonnées ! … sans pour autant tomber dans l'excès inverse ! C'est là la difficulté !  Nous allons basculer tous les 2, annoncés à 10' du troisième seulement ! Vu notre allure, signe que devant aussi c'est dur ! La descente vers la Vallée d'Incles se passe très bien, même si en arrivant sur le bas, la pluie fait son apparition ! La météo annoncée était juste, les orages menacent la fin de l'épreuve !! C'est çà la montagne !! Va falloir composer avec … pas le temps de mettre la veste, nous sommes proches du ravito. Mes parents sont alors surpris de me voir déjà là, en compagnie de Salvador et surtout avec une bien meilleure mine ! Le creux de la vague semble passé, mais je ne cède surtout pas à l'euphorie, bien conscient cette fois que cela peut revenir très vite ! Sous la tente, plus d'hésitations, on va repartir, et cette fois, je suis persuadé d'aller au bout ! Comme je peux, mais ça va le faire ! Nous mettons nos vestes car les conditions se sont vraiment dégradées ; quel contraste avec le soleil et la chaleur précédente ! Lorsque nous repartons, on nous annonce à environ 5' de Jordi Martinez …  ah ah, le podium n'est pas encore fait ! Dans le début de la remontée, très longue car la pente n'est pas franche du tout, nous essuyons de bonnes averses.

 

 

Finalement, il nous faudra 45' pour rejoindre le refuge placé à mi-montée environ. Nous y retrouvons notre prédécesseur, car on apprend que la course est neutralisée !  Je décide alors de faire une petite sieste régénératrice, je m'installe sur un lit, et je n'ai même pas le temps de fermer les yeux que mes collègues espagnols me disent qu'ils repartent ! La neutralisation aura duré pour nous environ … 58'' ! C'est reparti, tous les 3 groupés, à l'assaut de l'ascension finale, très raide sur 400m de d+. Je décide d'imposer un rythme soutenu, je me sens mieux. Très vite, je vois que Jordi est en grande difficulté, comme j'ai pu l'être quelques heures auparavant … et Salvador semble un peu en dessous sur les ascensions. Je me lance en solitaire pour un final de 20km environ.  Le moral revient forcément, au sommet, je bascule donc 3ème, et me lance dans la descente ; sans trop forcer, je maintiens tout de même un bon rythme, je me fais plaisir (enfin !!  Moments rares depuis le départ) techniquement et je ne verrai pas le temps passer ! De loin, les bénévoles du Refuge m'encouragent pour les derniers hectomètres …   çà sent bon la fin de course, le final se rapproche, les plus mauvais moments semblent passés, je pointe pour partir sur le dernier tronçon.

 

Section 6   – Refuge Coms de Jan  - Ordino

 

 

Juste le temps de remplir de nouveau mon bidon (coca une fois de plus, comme depuis mon coup de barre au km76), de me renseigner sur le lieu de passage du dernier col (histoire de savoir au moins la direction, après, pour le temps je vais me fier à mon altimètre) … et me voilà reparti, au moment où Salvador approche du refuge à son tour ! Je me prends au jeu de la course au podium, enfin je profite !! Me voilà reparti pour cette dernière ascension ; un peu longue au départ, avec quelques replats, quelques contournements de névés de nouveau bien présents dans le secteur pour éviter toute glissade en dévers, … et petit à petit, on arrive au pied du mur final ! Les conditions ne deviennent pas rassurantes, on entend gronder pas très loin, il pleut légèrement, je ne peux que me remémorer l'épisode tragique du Mercantour … mais les conditions sont moindres toutefois. J'ai hâte de trouver le poste de pointage ! Avec le brouillard descendant, je ne l'aperçois qu'au dernier moment, dans cette pente pierreuse très pentue et bien que je sois sur un bon rythme, ce final est bien dur ! Cà y est, m'y voilà, à la Collade dels Meners, ultime difficulté ! Mon altimètre indique 7996m de dénivelé positif pour la journée …  bien suffisant vu la technicité !! Je pointe devant la jolie ''grotte'' créée par les bénévoles, je prends le temps de me faire prendre une petite photo, me renseigne sur l'évolution de cet orage qui m'inquiète, mais le discours est des plus rassurants, je n'ai donc qu'à descendre ces 16 derniers kilomètres vers Ordino !

 

C'est parti. Je vais finir cette course très ''proprement'', sans aucune baisse de régime alors qu'à l'habitude j'ai toujours eu du mal à finir mes ultras, surtout sur des portions ''roulantes'' comme ce final. Au contraire, j'ai vraiment eu l'impression de mener un train d'enfer jusqu'à la ligne … et les écarts avec les coureurs qui me succédaient est finalement révélateur ! La seule inquiétude aura été cet orage encore plus menaçant ! Je n'oublie que j'ai de belles antennes en carbone dans le dos avec mes bâtons, donc à chaque éclair qui illumine toute la vallée, je ne peux m'empêcher d'égrener les secondes qui s'écoulent avec le grondement … histoire de me rassurer un peu ! Je jette un coup d'œil à droite et à gauche pour trouver éventuellement un abri sous roche au cas où … autant vous dire qu'une fois de plus, j'ai hâte d'être au dernier ravitaillement ! J'ai fait une super descente et m'y voilà ! Arrêt furtif, on me dit une fois de plus que je ne risque rien (je ne sais pas pourquoi je demande d'ailleurs !) et me voilà sur la dernière section ! un beau sentier qui coup la piste pour ''envoyer'' une dernière fois avant d'arriver à Sornat, puis il restera les 8 derniers kilomètres, presque plats, pour rentrer à Ordino ? Heureusement que nous les avons reconnus, y a de quoi se démoraliser ! Et bien là, que nenni, j'ai branché le pilotage automatique en mode course, et je ne vais pas m'arrêter jusqu'à la ligne ! Je passe tous les villages, en espérant voir en vain mes proches venus à ma rencontre (en fait on s'est croisé, ils ont été mal renseignés sur mon passage), et les minutes passent … je vais rentrer en moins de 20h, c'est sûr …  le camping … la route … la remontée à Ordino en courant et me voilà au rond point au départ de la rue piétonne ! Les derniers mètres … Stephane filme ces derniers instants, je suis heureux d'en finir après encore tous ces changements de situation … Julien me glisse quelques mots sympas et fait quelques mètres, je le félicite de superbe performance (car son temps en 17h50 est remarquable !) et me voilà arrivé !!

 

Tout le monde est là, le speaker me fait parler un petit peu en français, on immortalise le chrono façon ''Usain Bolt'' (les unités sont pas les mêmes, mais je suis pas loin de son record sur 200 sinon !!) …  et là tout retombe ! L'euphorie de ces dernières heures de course … la fatigue m'envahit, il me faut m'assoir, me reposer … je suis vidé ! Un passage au centre de balnéo pour une bonne douche et un massage extraordinaire (2 masseuses rien que pour moi :-)  pendant 30' !), un repas d'après-course avec la famille Horeau et … gros dodo !!!

 

Le lendemain, les jambes sont … comme neuves ! ou presque … juste des douleurs sur les talons, mais rien de dramatique. Le programme était simple : rangement du camp (ce qui nous a empêché d'assister au Solidaritrail, trop difficile pour imaginer y participer…), remise des prix, retour vers le Pas de la case pour quelques achats et direction la maison ! 

 Simple …  pas tant que çà !! Le début çà l'a bien fait, mais après, çà s'est enrayé … Pas de la Case fermé ! Obligé de se rabattre au MacDo … arrivé avant Ax-les-Thermes, route défoncée par des coulées de boue 15' avant notre passage ! Demi-tour pour passage obligatoire par le Col de Puymorens, Bourg Madame, Font-Romeu …  Perpignan ! et oui on a vu la Méditerranée !! Après la pause repas avec Xteph et Lana, … Narbonne, Carcassonne, Toulouse … il est déjà minuit !!  et … le camping nous lâche sur l'autoroute !!! Plus rien sous la pédale, obligé de me garer sur la droite de la bande d'arrêt d'urgence ! La petite dort dans son siège …  et tout le tralala commence : appel gendarmerie, dépannage, garage, appel assistance, taxi, voiture de location … nous allons repartir de Toulouse à 4h00 du mat ! Lana n'a même pas bougé de son siège !! Le Xteph va rouler un bon morceau jusqu'à Pau (merci Xteph !!!) car je m'écroule de fatigue …  arrivée à la maison à 7h00 du mat !  Plus dure que ma nuit d'ultra celle-là !!! heureusement que j'ai un beau métier … dodo de 8h30 à 15h30 !!  Fin de l'histoire de cet Andorra Ultra trail 2010 !!

 

 

LES CLASSEMENTS

 

PHOTOS ET VIDEOS DES COUREURS

 

LE CR DE PILOU

 

LES VIDEOS OFFICIELLES

 

La Vidéo de Stéphane Salerno sur le 35Km

Andorra Trail 2010 with GoproHd from salerno stephane on Vimeo.

 

 

Le Lémurien



01/07/2010
15 Poster un commentaire
Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres