Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

"COURAZ, COURAZ, les P'Tits Bouts sont derrière vous!''

P1330530 (Copier).JPG

48h à peine se sont écoulées, me voilà dans le train, entre Paris Montparnasse et Bordeaux, j'ai hâte de retrouver ma petite famille, et pleins de souvenirs se bousculent dans ma tête...

Il y a 48h, j'étais St Denis de la Réunion, sur le Stade de la Redoute, aussi appelé très justement le Stade de la Délivrance, il était environ 3h du matin... J'ai réussi à décrocher une troisième médaille sur cette folle traversée de l'île appelée la Diagonale de Fous. 27h20 pour boucler ce parcours dantesque de 164km et 9900m de dénivelé, à la 8ème place, avec un projet collectif solidaire de la Lemur Team pour l'Association "Les P'tits Bouts" qui nous a motivés depuis quelques mois. Fantastique, un bel aboutissement collectif déjà, et un aboutissement personnel avec beaucoup d'investissement, beaucoup d'entraînements (toujours avec du plaisir rassurez-vous!), et toutes les contraintes familiales que cela impose. Mais attention à l'euphorie!! Je m'efforce à lutter contre mon petit cerveau qui a une fâcheuse tendance a trop vite faire le tri sélectif! Cela n'a rien été d'une ballade de santé à travers la Réunion! C'est dur, très dur... trop dur??... Les souffrances sont multiples: musculaires, tendineuses, digestives,... auxquelles on ajoute toutes les irritations et frottements qui se révèlent au fil des heures... tout cela use l'organisme, joue sur le mental, ... il faut alors trouver des ressources motivationnelles insoupçonnées pour boucler une telle épreuve! Pour moi, cette année, c'est bien ce projet pour les P'tits Bouts qui m'a permis de rallier la ligne d'arrivée, et le soutien sur place de mon bof sur les derniers kilomètres! Ce défi avait un sens particulier avec ces ''P'tits Bouts''. Même si j'étais en super forme, avec une excellente préparation, et même si je fais une course en apparence régulière... et bien non, ça n'a pas été facile ... et même un véritable supplice par moments! ''Couraz, couraz'', ces paroles créoles qui nous accompagnent du début à la fin résonnent encore, mais je ne veux pas céder à l'euphorie : c'était extrêmement dur, cette Course est unique en son genre! Le ''J'ai survécu'' arboré par tous les Finishers de la Diagonale a un véritable sens, du premier au dernier, c'est un défi personnel extraordinaire... mais seuls ceux qui le vivent peuvent réellement savoir ce qu'il en est vraiment. C'est très complexe. En tout cas, à travers le récit qui va suivre, voilà comment se passe le Grand Raid de la Réunion de l'Intérieur. Bonne lecture à vous.

 


 

Jeudi 16 Octobre 2013

La Lemur Team court pour les P'tits Bouts

 

 

Article République Sept.JPG

 

Notre projet pour aider l'Association ''Les P'tits Bouts" a déclenché un bel engouement, nous avons eu le soutien de beaucoup de gens. Je rappelle encore ici que l'intégralité des dons sera reversée à l'Association, tous nos frais de course et de voyage sont assumés à 100%. Avec Laurent, Stéphane et Sébastien, nous avons réalisé les entraînements nécessaires pour affronter la Diagonale, que ce soit à vélo en traversant le Pays Basque ou à pied à travers nos Pyrénées, en Vallée d'Ossau ou dans les Encantats, nous sommes prêts. Avec Sébastien, les derniers jours avant la course, à la Réunion, on a ''fait le métier'' comme on dit,  en bénéficiant en plus des soins kiné de mon beau-frère installé dans son super cabinet au Guillaume, sur la route du Maido. Nous avons tout mis de notre côté, sans se prendre au sérieux non plus, pour faire aboutir notre action pour les P'tits Bouts de la plus belle des manières. Nous sommes inscrits sous le nom ''Lemur Team pour les P'tits Bouts'' pour disputer le classement par équipes. La règle est simple, il faut 3 coureurs à l'arrivée pour être classé. Nous y voilà!

 

Photos, Stratégie, Matériel, Recos... le détails des derniers jours avant l'épreuve

 

 


 

 

Direction St Pierre de la Réunion. Gros changement 2013. Terminé le Cap Méchant à St Philippe. Les tracés de toutes ces grandes courses évoluent aussi en fonction de négociations politico-économiques qui dépassent de loin les coureurs...mais qui en pâtissent : le tracé n'a de Diagonale que le nom! Les km se rajoutent, le départ n'est plus à la pointe sud... cela ressemble de plus en plus au serpentin des Fous... mais autre très regrettable incidence, le parcours ne passe plus par le Volcan! Le Piton de la Fournaise est un incontournable de cette île volcanique quand même! Première fois en 21ans que cela se produit... dommage...

P1330323 (Copier).JPG

 

P1330322 (Copier).JPG

 

P1330338bis (Copier).JPG

 

 

Mais ce départ depuis St Pierre n'a pas eu que des mauvais côtés. Quelle ambiance de folie sur les premiers kilomètres! Une bonne surprise, les grands moyens ont été déployés et la ferveur populaire est tout simplement magique, digne du Tour de France. Ca donne du baume au cœur pour s'élancer ensuite dans la nuit noire et la Plaine des Cafres. Vers 21h nous avons donc passé (tant bien que mal) les différents sas d'accès au Stade de Départ (dépôt des sacs d'assistance, contrôle du matériel obligatoire), et nous voilà tous les 4 dans cette arène bouillonnante! Par chance, nous avons eu accès au sas ''élite'' pour pouvoir partir devant ... enfin c'est ce qu'on croyait! Vers 22h40, d'un coup les barrières derrières nous s'ouvrent, et là 2000 coureurs se ruent vers l'avant! Vers où? Vers la vraie ligne de départ qui se trouve 300m plus loin, sur le grand boulevard du bord de mer. Une gigantesque bousculade, ça court, ça pousse, on se retrouve coincé entre plusieurs coureurs ... un petit vent de panique (car celui qui tombe là, il n’est pas bien!!!... et il y en a eu malheureusement...)... 2' de grand n’importe quoi, mais c'est un peu ça le Grand Raid, une grande folie! Avec Stéphane et Seb, nous nous en sommes pas trop mal sortis, nous voilà en 4ème ligne environ, prêts à partir! 22h55, au moins 20 personnes bousculent tout le monde pour permettre à Kilian et Emilie de se placer en première ligne...

 

G0013832 (Copier).JPG

 

22h56, le super speaker Ludo Collet fait monter la pression, les véhicules et motos ouvreuses sont en place, les frontales s'allument, on se serre la main entre potes, derniers mots d'encouragements au cas où on ne se reverrait pas d'ici 1 ou 2 jours...une grande inspiration, une forte pensée aux P'tits Bouts, une image du Stade de la Redoute de St Denis comme pour fixer l'objectif unique ... et 3, 2, 1... "Les Fous sont lâchés" !!!!!!!!!!!!!!!!

 

P1330372bis (Copier).JPG

 

Avec Sébastien, nous avons eu le temps de peaufiner notre stratégie de course depuis quelques jours! Nous avons décidé de faire course commune le plus longtemps possible, pour gérer au mieux ce départ piégeur et passer de bons moments ensemble. Sur les premiers 7km de route bien plats, on laisse filer de suite, pour respecter une vitesse limite : 13km/h... tout à fait suffisant! Stéphane nous accompagne, nous passons en 32' au km7... bien en avance forcément mais pointés aux alentours de la 80ème place!! C'est dire si le départ est quelque chose de compliqué à gérer à la Réunion, il faut être très vigilant au syndrome de l'aspiration! Sur la section suivante, nous montons gentiment à travers les champs de canne, en direction de Monvert. Stéphane a levé sagement le pied. Au train, nous remontons petit à petit, sans changer de tempo. Encore un passage de folie avec public en délire, puis voilà le second poste de ravitaillement au Domaine Vidot. 1h22, pour des prévisions ''optimistes'' en 1h30... rien de grave, ce sont les minutes d'avance de la portion route, il semble que nous sommes sur le tempo parfait. Seb est super bien, je le freine régulièrement! La section suivante, jusqu'à Notre Dame, sera la (seule??) bonne surprise de ce nouveau parcours : sentier typique réunion, des marches, des racines, de la pente!! Enfin! Ca me met du baume au cœur et sans le vouloir je force un peu le pas... nous continuons à remonter! Quelques mots échangés avec Bruno Bareilles, puis Oscar Pérez un peu plus haut (grande Oscar!!!), puis Seb Buffard ... un signe quand même que nous sommes remontés vers des positions surement très intéressantes!!! ... et les sensations sont excellentes!! ... à Notre Dame, encore un arrêt express, et nous voilà repartis! On croise Céline et Nico, qui font le suivi intégral de Stéphane, surpris de nous voir déjà là!! Sur la portion bitumée, nous filons le pas à ... Mr Kaburaki cette fois, Mr Ultra Trail du Japon. Il court partout, c'est impressionnant! Une fois la route quittée, nous arrivons sur une portion fantastique grâce aux conditions du jour. Nous sommes sur la crête d'un grand rempart : à notre droite, du vide, et une mer de nuage qui remplit le rempart. Au dessus, une pleine lune magnifique, avec parfois un halo lumineux mystique lorsque les nappes de brouillard passent devant, et à gauche, au loin, en bord de mer ou sur la Plaine des Palmistes, des villes illuminées ... ces images nocturnes resteront gravées c'est certain! Petit détail, il commence à faire bien froid; des traces de givre sont visibles sur les herbes au sol ou sur la terre. Avec le petit vent parfois présent, les températures doivent être négatives sur cette fin de nuit! Sur cette arête qui monte par paliers, nous continuons encore et encore notre remontée progressive, sans pour autant accélérer; nous respectons à la lettre nos temps de passage, nous avons d'excellentes sensations... puis nous doublons le tandem des frères Camus, une sacré référence! Bien que sur la réserve, nous restons sur notre tempo, et quelques minutes plus tard, nous revenons sur 2 autres coureurs : Antoine Guillon et Renaud Rouanet, futur ex du Team Lafuma. Cette fois il faut se résonner, j'annonce à Sébastien que nous ne doublerons plus personne!! Quoi qu'il arrive, le wagon est le bon!! Suite à ces paliers, les 10 kilomètres jusqu'à Piton Textor (km40) seront des plus monotones…larges pistes en faux plat montant ou descendant ... rien de très intéressant... mais heureusement, nous avons pu bénéficier du ''train''! Nous étions à un moment 11 coureurs tous ensembles, comme si personne n'osait aller plus vite qu'Antoine, ce qui peut paraître comme une preuve de bonne gestion vu le palmarès du ''métronome''. J'ai reconnu entre autres G.Lenormand, T. Kaburaki, R.Rouanet, l'extraterrestre Nathalie Mauclair, S.Couchaud,... bref du beau monde!! Toujours avec Seb, tout se passe pour le mieux, nous sommes même surpris du rythme (mais du coup c'est très riche d'enseignements) ; mention spéciale aux bénévoles du Ravitaillement à Piton Sec! Sensationnel : musique disco décibels au taquet, boule à facette sous la tente, déguisements de folie avec lunettes et perruques flashies ... le top du top! Mais même pas le temps de dégainer la caméra… Nous voilà ensuite à Piton Textor, Km40 : à peine 5h00 pour avaler les 2400m de d+ et quelques mètres de d- ... et là le groupe explose au gré de l'assistance de chacun; pour nous deux avec Seb, nous étions autonomes et avions tout sur nous jusqu'à Cilaos : on fait juste le plein d'eau et nous voilà donc repartis les premiers, avec Renaud Rouanet juste devant nous. Je connaissais bien ces 10km jusqu'à Mare-à-Boue, pour les avoir courus déjà sur mes 3 participations antérieures, et du coup j'ai fait une belle erreur! Ma frontale TIKKA montre de gros signes de faiblesses (en fait j'ai du changer 2 fois les piles, et donc j'ai du remettre les vieilles et emporter les neuves en rechange!!), mais je persiste à vouloir descendre ainsi, sachant que la route arrive dans quelques kilomètres (5 exactement)... et cela m'a demandé une concentration très forte, j'ai commis des fautes au niveau des appuis, j'ai pris des risques inutiles, et je pense y avoir laissé beaucoup d'influx nerveux et donc beaucoup d'énergie à vouloir me prendre pour un chat !!... tout ça pour ne pas s'arrêter 2 minutes et changer les piles ... manque de lucidité évident, même si la route n'était pas loin!!...6h05 de course, nous voilà quand même à Mare-à-Boue, km50, et personne du groupe formé auparavant n'est revenu sur nous ... notre rythme est toujours bon!!! Les sensations sont bonnes, nous allons pouvoir en terminer avec cet ''échauffement'' de 50km. J'avoue quand même que je commençais à en avoir bien assez de courir sur ces pentes peu inclinées, c'est très usant, je préfère les pentes à venir, plus franches!!! Toujours est-il, nous faisons course commune sans forcer l'allure et passons de bons moments, nous avons bien amorti le départ rapide sans tomber dans le panneau du ''syndrome de l'aspirateur'', nous respectons notre tableau de marche sans jamais savoir en quelle position nous sommes (et nous n'avons jamais cherché à savoir), bref, super départ!!! Seules petites ombres au tableau : cette histoire de frontale qui m'a coûté un peu d'énergie, la veste qui est restée dans mon sac (je n'ai pas ressenti le froid avec mes manchettes, mais peut être y a t-t il eu des pertes d'énergie là aussi), et des ravitos très express (quelques morceaux de bananes et le plein d'eau seulement en 2' maxi à chaque fois)…

 

Capture classement cilaos.JPG
Devant ça bombarde sévère ... mais derrière, c'est chaud! ... et ça traîne pas non plus...

 

 

 


 

 

Cap sur la deuxième section, le cœur de ce Grand Raid, avec la Traversée des 3 Cirques, pour nous mener à la sortie du Maido, km110. Environ 60km et plus de 5000m de d+, avec des terrains très exigeants, la chaleur qui va arriver ... on va rentrer dans une autre dimension! Sortie de Mare-à-Boue, seule Nathalie Mauclair a filé devant nous. Je dis à Seb qu'il nous faut donc poursuivre sur ce rythme, sur la réserve, sachant qu'Antoine est juste derrière nous. Cette montée sur le coteau de Kervéguen fut sublime, avec un lever du soleil, des couleurs et une mer du nuage pour un tableau somptueux. Nous sommes revenus assez vite sur Nathalie puis l'avons dépassé. Ensuite, on a doublé 1 ou 2 coureurs déjà bien entamés dans cette longue montée, avec quelques redescentes vertigineuses et des échelles à descendre.

 


 

La bascule s'est fait désirer un bon moment, puis la vue en entrant dans ce cirque de Cilaos est toujours aussi spectaculaire! L'impression de vide est grandiose, Cilaos paraît à la fois si bas et si près ... et le sentier plonge dans le rempart!! Cette année, nous empruntons un sentier que je ne connaissais pas, vers Mare-à-Joseph. Superbe trace aux milles virages à travers la végétation, avec des panoramas impressionnants sur ce Cirque de Cilaos : le décor est planté, nous voilà dans le vif du sujet! Nous avons fait cette descente sur la retenue, en restant ''souple et léger'', pour ne pas griller d'énergie ici. Petite pause au ravitaillement en bas, puis direction Cilaos. De nouveau 2-3km de goudron, avec descente-montée d'une belle ravine avant d'arriver au Stade de Cilaos. Nous y voilà, toujours tous les 2, après 8h48 d'effort. Tout se passe nickel!! A Cilaos, nous récupérons notre sac d'assistance déposé au camion, et nous prenons quelques minutes pour ne rien oublier : recharges ravitaillement, casquette, ... puis passage à la table de ravitaillement : cuisse de poulet pour le Seb, Soupe pour le Lémurien ... bref une ''grande pause'' (de 10' maximum), et là tout un wagon de coureurs étaient déjà repartis de la base vie! Là les assistances étaient efficaces! ... pas d'inquiétude, nous sortons de Cilaos, sur les pas de T.Kaburaki que nous retrouvons à nouveau. Comme à son habitude, il court partout!! ... nous le laissons filer. Un premier tournant de notre Grand Raid 2013 va alors se dérouler sans qu'on ai le temps le voir arriver!! Sans aucun signe avant coureur, notre rythme commence à baisser lors de la descente vers Bras Rouge. Surtout pour Sébastien. On continue tout de même, sans trop se poser de questions. Une fois à Bras Rouge, 2 coureurs reviennent encore sur nous : D. Pasquio et S. Couchaud. Dès les premières rampes du Taibit, le tempo est très costaud! Seb décroche de suite...et là, je ne réfléchis pas trop, alors que nous n'avions fait que remonter depuis le départ (chose qui de toute façon n'aurait pas pu durer!), je décide de m'accrocher au wagon. On savait qu'on serait amené à se séparer à n’importe quel endroit, mais là, tout s'est passé très vite! Me voilà sur un nouveau tempo, que j'arrive à suivre jusqu'à la route l'Ilet à Corde (Tiers de la montée)... mais non sans mal. Je temporise 3-4' au ravitaillement afin de repartir seul et me caler sur mon propre rythme... c'est parti pour la véritable ascension du Taibit, célèbre porte d'entrée vers Mafate. Et comme Sébastien un peu plus bas, et comme lors de mes 3 éditions passées (2008, 2009, 2010)... ce col va me rester en travers!! Je n'ai aucune explication rationnelle ... mais la course a pris une toute autre tournure d'un seul coup!! 14ème au pointage à mi-col, je vais encore perdre quelques places d'ici à Marla; pas étonnant, car à 2 reprises, j'ai du me poser au bord du sentier, assis sur un caillou, pour manger (dévorer) tout ce que j'avais emporté. Un véritable gouffre!... mon esprit est partagé! Les petits démons commencent à me dire que c'est le début de la fin, que cette baisse sera irréversible, mais d'un autre côté, mon expérience me dit qu'il faut laisser passer l'orage, que Seb peut revenir et nous pourrions repartir ensemble, et les P'tits Bouts me poussent à éliminer très vite tous ces vieux démons négatifs! Il faut poursuivre!! Il faut rien lâcher, il faut s'accrocher! Tout ne peut pas s'effondrer comme cela en l'espace de quelques minutes alors que tout se passait au mieux jusque là!! Je parviens donc finalement à basculer tant bien que mal, avec toujours ce moment fort qu'est l'entrée dans le Cirque de Mafate!! La descente jusqu'à Marla sur un petit train et de nouveau une grande pause au ravitaillement : tout y passe, coca, soupe à volonté, bananes, abricots secs, ... j'ai même tenté une cuillère de riz, mais là, impossible à faire passer ... désolé... La encore j’espérais que Sébastien arrive, mais les minutes passant, je me décide à repartir seul ... et finalement, nous nous sommes ratés juste de quelques minutes à priori ... vraiment dommage...  Nous avons juste dépassé les 10-11h d'effort, et une toute autre course va démarrer : le mode ''survie'' est enclenché!! Il va falloir jouer fin, bien gérer l'effort, pour ne pas se retrouver de nouveau sur le bas côté comme dans ce fameux Taibit!!! Et ce ne sont pas les difficultés qui manquent ... le mental va être mis à rude épreuve, il va falloir s'accrocher à tous les instants ... pendant peut être encore 20h !!!!!!! A tous ceux qui croient que cette Diagonale s'est bien passée, sincèrement, je ne pensais pas être dans la zone de rupture aussi tôt!!! Mais savoir combien vous étiez derrière les ordis à nous suivre, et ce projet pour ''Les P'tits Bouts'' sera une force mentale à toute épreuve!! Début d'une nouvelle course à partir de Marla : chaque pas est un pas vers la ligne d'arrivée...mais qu'est-ce qu'elle est encore loin !!!!

 

Capture classement Marla.JPG
Gros changements en moins de 3h de course! Je prends presque 30' sur ce coup de barre...

 

 


 


 

 

Section suivante, je me retrouve seul. Direction le Col de Boeufs, avec une montée en deux temps coupée par la Plaine des Tamarins. Tant bien que mal, j'arrive à trottiner... mais je ne sais pas du tout à quelle place je suis, je ne regarde plus du tout mes temps de passage ni la montre ... j'avance ... tranquillement à mon goût, mais sûrement... en tout cas mieux que dans le Taibit! Bascule au Col des Bœufs, pour une courte incartade dans le Cirque de Salazie, mais avec quels panoramas!! Ce Cirque est gigantesque, et n'a rien à envier aux deux autres! Je trouve presque dommage qu'il soit si peu emprunté, j'avais aimé le tracé 2010 via la Forêt de Bélouve, Hell-Bourd et le Cap Anglais!! ... peut être faudra-t-il un jour affronter la mythique Cimasalazienne au cœur des 3 Cirques!!! ... revenons à nos moutons, ou à nos racines ... petit répit sur larges pistes jusqu'au ravitaillement, et qui vois-je garé sur le bas côté avec leur assistance : Renaud Rouanet et Nathalie Mauclair! Ca ça m'a fait du bien après cette longue période de doute depuis Cilaos! Soit je ne suis pas seul à passer en mode ''survie'', soit j'ai retrouvé un rythme de croisière efficace!! Peu importe la réponse, ça m'a fait beaucoup de bien, mais en restant sur mon objectif : sortir de Mafate avec une petite réserve sous le pied car les 50 derniers km sont aussi une vraie boucherie!! Je me ravitaille tranquillou, et au moment de partir, Renaud est juste là. Hop hop hop, j'embraye le pas, car à deux c'est toujours mieux! On discute, le temps passe plus vite c'est une évidence. Le sentier scout, avec quelques ondulations, mais à dominante descendante, nous a ramené au cœur du Cirque de Mafate, en parcourant une superbe arête, en redécouvrant de nouveau tous les méandres de ce Cirque. Preuve que ma mauvaise passe est quand même bien passée, je savoure ces paysages, je ressorts ma caméra pour vous faire partager ces instants de course et immortaliser tout ça ... je n’ai pas l'impression d'aller vite, mais j'ai le sentiment de pouvoir faire du chemin!! Nous pointons donc à Ilet à Bourse tous les deux. Direction Grand Place, avec une succession de Montagnes russes ''plutôt douces'' compte tenu ce qui nous attend ensuite! Sur le dernier ''coup de cul'', je décroche légèrement Renaud ... finalement mon rythme en montée s'avère toujours efficace, même si mes sensations me font croire que je suis au ralenti ... j'attaque donc seul le gros morceau de ce GRR2013, la jonction jusqu'au Sommet du Maido en passant par Roche Plate.

 


 

Première ascension bien digérée, je bascule dans le trou, direction Roche Ancrée et la Rivière des Galets, le point bas de Mafate. Je me remémore la montée dans l'autre sens aux côtés d'Antoine en 2008... Puis sur le bas, j'aperçois Sébastien Buffard en face en train de remonter, pas très loin de moi. Je traverse les galets et attaque la remontée, qui présente quand même 1600m continus jusqu'au Maido. Le départ est du genre costaud! ... de la pente raide... comme je les aime! Tout sur les cuisses, pas après pas, je reviens sur Sébastien. Cool, une nouvelle compagnie, on va pouvoir discuter un peu! Il connaît bien le tracé, et m'indique que l'arrivée sur Roche Plate est du genre interminable. Juste un peu plus haut, rencontre complètement improbable!!! En plein cœur de Mafate, j'entends ''Allez le Lémurien!!'' ... je lève la tête (oui car les yeux sont quand mêmes souvent rivés sur nos pieds!!)... je dois être fatigué car je ne comprends rien ... puis ''Tu me reconnais pas??'' ... et là je me dis que je suis vraiment défoncé??!! ... puis ''Je suis d'Oloron, j'étais à l'organisation du Raid VTT des 3 Vallées!!" (Que je vous conseille!!) ... des Béarnais au cœur de Mafate, mais que le monde est petit !!!!!! Il nous accompagne quelques mètres, avec son sac de 20kg (signe qu’on n’est quand même pas supers efficaces…), mais comme il a ''planté'' sa copine en contrebas, il nous encourage une dernière fois et rejoints sa dulcinée. Une petite pensée pour mon Béarn natal, ça fait du bien!! Nous poursuivons, nous trottinons quelque peu, et nous voilà à Roche Plate ... plus que 1000m pour le Maido!! Ravitaillement obligatoire, Sébastien repart quelques instants avant moi, et me voilà aussi reparti. Petite approche en douceur jusqu'au Ti Col, puis c'est le Mur du Maido! 800m de marches, de pierres en pierres, virages après virages, avec ces inscriptions sur la Roche qui vous indiquent le chemin parcouru et à parcourir (25-75, puis 50-50, puis 75-25...). Je suis de nouveau avec Sébastien, et son père, venu à sa rencontre depuis le sommet. On discute, on cause vélo, ... le temps passe.

 


 

 

Sur le haut, Sébastien doit faire une petite pause technique, et je file donc vers la sortie tant attendue! Non pas que j'ai hâte de partir sur ces 50 derniers km interminables, mais parce que je sais que je vais retrouver mon assistance!! Le beau-frère et sa copine doivent être là, et ils me suivront jusqu'à la Redoute si tout se passe bien! L'autonomie c'est bien, ça enlève toute pression, mais à un moment, le réconfort extérieur est bien plus important que l'assistance elle-même!! Je suis dans la brume, le sommet ne doit plus être bien loin. J'ai revissé ma frontale sur la tête (je n’ai pas regardé l'heure mais en fait j'ai plus d'une heure de marge...), et surtout enfilé ma veste... puis on commence à entendre quelques voix, et d'un coup, le sommet est là! Encore de nombreux spectateurs sont encore là, et là je vois mon bof! La pause s'impose ... il reste encore près de 10h de course!!!!!! C'est colossal, quand on sait qu'on s'accroche déjà depuis de nombreuses heures... mais je fais abstraction de tout ça, je profite de ce ravitaillement : tout était prêt et à la perfection!! Noix de cajou, fromage, frontale surpuissante, gelée royale... et les encouragements du bof !!!! Et encore une rencontre improbable, Laurent Lacombe, un Palois, est là avec toute sa famille! Il vient de s'installer sur l'île, avec un poste d'enseignant au Guillaume, chez mon bof!!! ... presque surréaliste à ce moment de la Course... des fois on voit des trucs complètement fous!!!

 

P1330398 (Copier).JPG

P1330431 (Copier).JPG

P1330437 (Copier).JPG

 

Depuis ma ''renaissance'' au poste de Marla (ou chemin de croix en mode survie, on peut le voir aussi comme ça), le bilan est en fait plus que bon : j'ai remonté quelques gros coureurs, donc ''la survie'' est un mode de course plutôt généralisé sur cette Diagonale des Fous!! Dur à accepter, mais c'est ainsi!! Je pointe 11ème, ce n’est pas rien ! Dans ma tête, je retrouve espoir de bien figurer, comptant sur les défaillances habituelles de fin de Grand Raid et un final ‘’à la Guillon’’ programmé depuis le départ !!! Je commence à rêver presque …Il faut désormais quitter le confort de cette assistance, et repartir pour près de 2h de descente direction le bord de mer!!! La solitude, le froid, la nuit... rien de très motivant... mais le moral est bon, les ''P'tits Bouts'' ne sont jamais très loin, et à chaque pas, c'est quand même la ligne d'arrivée qui se rapproche!! ''COURAZ, COURAZ!!'' ... je m'accroche à ce soutien permanent des spectateurs acharnés, à vous tous qui avez suivi avec acharnement cette folle course derrière vos PC, aux enfants et bien sûr à ma petite famille à qui je pense à chaque instant!!! Cap sur le dernier morceau, ''le tiers payant'', et pourquoi ne pas espérer une super perf inespérée encore quelques heures auparavant ! Les énigmes de l’Ultra Trail … la roue tourne vite, mais dans un sens comme dans un autre … attention…

 

Capture classement Maido.JPG
Le Lémurien survit! ... juste 10' de perdues sur Antoine depuis Marla...

 


 

 

 

Me voilà donc reparti du sommet du Maido. D’entrée, qui vois-je sur le bas côté, Mr Kilian Jornet ! Sa blessure semble sérieuse, et donc l’arrêt une évidence … mais je ne pensais pas du tout qu’il repartirait en compagnie d’Emilie Forsberg !!! Quelques minutes après je passe donc 10ème au poste de ravitaillement officiel, sans m’arrêter, et me voilà à l’amorce de ces 13km et 2000m d- … toute la première moitié, ce sont de gentilles ondulations où je parviens à courir doucement tout le temps. On a l’impression de rester à plat mais l’altimètre me confirme que cela descend bien petit à petit. Un poste de contrôle à mi-pente, vers Ilet Alcide, et là, alors que la nuit s’est définitivement installée, on domine tout l’ouest de l’île, on devine les grandes villes de St Paul et La Possession et leurs milliers de lucioles, on devine même le Stade d’Halte Là où il y aura un ravitaillement plus loin … mais que c’est loin !! La fin de cette descente est atroce, le chemin est quasi droit, et il faut sauter des centaines et des centaines de marches irrégulières avec des rondins de bois. Typique réunion, jamais on ne peut reposer la machine, le terrain est destructeur ! A quelques minutes du bas, j’aperçois une frontale devant moi !! Incroyable, tout va très vite ??? On m’annonçait 20’ au Maido … c’est étrange. J’allonge légèrement et c’est bien ça, je me retrouve avec Sylvain Camus, du Team Garmin. On échange quelques mots, il me dit que ça lui fait du bien de revoir quelqu’un après de nombreuses heures de solitude … et 2-3’ plus tard maximum, le voilà qui place une grosse accélération ??!! Je suis resté scotché !! Je n’ai pas cherché à modifier mon tempo pour autant… je lui reprends au moins 15’ en moins de 2h … et le voilà reparti d’un seul coup … je ne devais pas être de bonne compagnie… très vite, je parviens au ravitaillement de Sans Souci, km125. Je suis donc 10ème. Et je passe même 9ème car Didier Mussard semble avoir jeté l’éponge sur blessure également. Je retrouve mon assistance de choc, il ne manque rien ; j’en profite pour changer de maillot et repartir sec pour la nuit, je fais le plein de mes bidons (menthe à l’eau depuis le départ !!), encore une soupe et quelques morceaux de bananes… Niko (mon bof s’appelle aussi Niko…) m’accompagne même quelques centaines de mètres, et je repars au bout de 2-3’ pour cette courte section vers le Stade de Halte-Là, le combat pour les places d‘honneur est lancé !

 

P1330479 (Copier).JPG

 

P1330481 (Copier).JPG

 

En moins de 40’, le temps de descendre dans la Rivière des Galets, de la longer par cette interminable piste et de remonter au Stade… et le bof n’a même pas eu le temps de faire la liaison !! Aucun affolement, la section suivante est également assez courte, et j’ai retrouvé Laurent pour les encouragements ! Sur cette section, j’ai aperçu plusieurs frontales il me semble… mais difficile à savoir. Je n’ai pas cherché à avoir plus d’informations, je reste concentré sur mon rythme qui est bien meilleur que dans Mafate !! Arrêt express, et direction le Chemin de Bord (Bord du rempart de la rivière des Galets) pour remonter en dessous de Dos d’Ane. Pas de difficulté technique, ça fait du bien !! Il me semble que là encore j’ai un gros rythme, mais je suis bien seul.

 

 


 

La bascule après 450m d+ arrive très vite, puis il faut rallier le ravito par le chemin Ratineau : un véritable chaos de blocs, d’arbres, de racines… ça redevient super chaud !! Je perds l’équilibre à un moment, mais heureusement, mes mains me récupèrent juste avant que ce ne soit la tête qui touche … les réflexes ne sont plus très bons presque 24h après le départ… et voilà encore ce nouveau poste de ravitaillement ; le bof est là cette fois ! Je suis encore boosté à bloc, tout va bien, mais devant visiblement, ils ne sont plus prêts à lâcher prise les bougres… c’est d’une grande densité ce GRR 2013 !! La portion suivante est assez compliquée, pour rejoindre La Possession Ecole, avec 2-3 ravines hyper techniques et raides, et un retour plutôt roulant jusqu’au ravitaillement. J’ai continué à relancer, tant bien que mal, j’ai réussi à trottiner sur la plupart des portions, le chrono s’avèrera même très bon sur la section … mais le classement n’évolue plus … le moral va être touché petit à petit … au poste de ravitaillement, km143, je retrouve encore la famille, que c’est bon ! Je suis divisé : je sais que la Redoute est désormais chose gagnée (même en marchant s’il le faut !!) … mais je me fais une raison, je ne vais pas pouvoir remonter dans le classement malgré un beau finish, ça cavale devant ! … sans que je m’en aperçoive sur le coup, je vais lâcher prise petit à petit, je vais sortir de la course, oubliant même de boire et de me ravitailler jusqu’à la fin ! Je suis arrivé à saturation (sucré-salé…), mais c’est surtout le mental qui a pris le dessus. L’euphorie va laisser place à ‘’sauve qui peut’’ jusqu’à la Redoute !  Sorti de la Possession, Niko m’accompagne sur 1km jusqu’à l’amorce du terrible Chemin des Anglais. J’avance encore… ce n’est pas trop mal… et je connaissais cette section pour l’avoir reconnue en 2010. Ce n’est pas trop mal passé, mais la vitesse a légèrement baissé, je le sens. Par contre, ‘’Ils n’aiment pas le bon boulot les Anglais ou quoi ???’’ Y a pas deux pavés bien alignés !!! … les Romains auraient pas laissé un chaos pareil moi je vous le dit !! … autre preuve que ça va de moins en moins bien, à l’amorce de l’ultime descente vers Grande Chaloupe, des idées noires me traversent l’esprit : je suis seul, et si je venais à chuter et cogner une pierre avec la tête ?? Pas de coureurs derrière moi … que ce passerait-il ??... ce n’est pas du tout à mon habitude ce genre de pensées…  bref je parviens au Poste de Ravitaillement. Pas d’assistance, … bizarre… je suis donc toujours 9ème. Le seul but désormais est de rentrer !! Je n’arrive plus à manger, ni presque à boire… je repars… et retrouve Niko, Brigitte, Jean Hugues et Stéphanie quelques centaines de mètres plus loin ! Ils sont là oui !! Encore un signe que ça va moins bien, je leur demande des renseignements sur l’arrière, … pour quand même rester dans ce beau Top10 à St Denis !! Dernier tronçon, je repars. Je ne connaissais pas cette section jusqu’à Colorado … mais que ce fût long !!! Un véritable supplice, toutes les douleurs se réveillent, j’ai mal aux pieds, j’ai de terribles irritations, j’ai la gorge également irritée (du coup ça doit être pour ça que je ne m’alimente plus) … je suis en mode robot !! Et là, contre toute attente, je rejoints Sylvain Couchaud ! Il faisait demi-tour croyant avoir perdu le fil du balisage ! Il me met même le doute, mais c’était bon, nous voilà repartis ensemble. Je crois qu’il est encore plus fatigué que moi !! Nous voilà repartis tous les deux, avec comme seule prétention rallier la ligne d’arrivée désormais… et ce fut un véritable calvaire, des kilomètres interminables à travers le village de St Bernard… des redescentes en pleine montée… avec l’ombre de la boule du Colorado qui nous nargue sous la pleine lune… le plaisir n’y est plus ! Sylvain me sauve un peu la mise avec un gel car je commençais à être pris d’étourdissements… et lui était bien content qui je lui fasse le tempo sur ces 10 derniers km ! En parmant de gels, cela fait depuis de longs kilomètres (Ratineau exactement) que je peste. C'est hallucinant le nombre de gels que je peux voir par terre!!! D'ailleurs, depuis Grande Chaloupe, je les ramasse, pour en donner la preuve à l'organisation tellement je trouve ça lamentable! Je fais le point avec le peu de lucidité qu'il me reste, et je me dis que c'est impossible que les seuls 8 coureurs qui me précèdent fassent autant de dégâts!! Ils prennent un gel toutes les 10' ou quoi???? Et en plus ils le balance??? Non je n'ose pas y croire... puis un éclair dans ma petite tête, et je saisis alors que TOUS les coureurs de la Mascareignes sont déjà passés par là avant nous. Et bien c'est un sacré chantier!! Une lamentable déchèterie, je n'ose imaginer que les sentiers de Mafate en soit ainsi, ...  il va falloir vraiment faire quelque chose pour ça, c'est honteux ... bref, je ferme la parenthèse...

Au bout de longues et longues minutes, nous voilà à Colorado !! Plus que l’ultime descente !! … mais encore un vrai calvaire à vrai dire, pas une délivrance loin de là … les pieds font mal, les douleurs se sont réveillés depuis que le mental a décroché …Sylvain a beaucoup de mal, je lui dis que je l’attendrai en bas pour finir ensemble (on me refera pas !!), et je dois en plus gérer un souci de frontale, qui s’est mis en mode veille !! Là encore, je fais une belle faute de cares et heureusement que mes mains me récupèrent avant que ma tête ne heurte le rocher… ça me vaudra un petit saignement au doigt, histoire de rajouter une touche ‘’guerrière’’ à l’état fatigué du bonhomme.

 

 


 

 

Me voilà en bas. J’attends Sylvain quelques instants. Puis nous approchons du Stade … enfin … ce Stade tant espéré… toujours compliqué à atteindre… il est un peu plus de 2h du matin … il n’ y a plus personne, ni musique, ni rien …mais nous nous y sommes !!!!!!!!

 

P1330507bis (Copier).JPG

 

Les sourires reviennent, on savoure ces quelques derniers mètres. Sylvain immortalise avec son téléphone, je sors bien sûr ma caméra… nous sommes arrivés !!!!! Nous avons SURVECUS !!!!! La médaille nous tend les bras. Petite photo à l’entrée du stade, puis on entame le dernier quart de tour de piste … nous franchissons donc la ligne main dans la main (et pas avec 3s d’écart !! ça c’est leurs trucs électroniques…), nous sommes 8ème  ex aequo.  27h20 pour boucler ce parcours … chose que je n’aurai pas pariée au départ. On nous livre la fameuse médaille autour du cou, le tee-shirt jaune ‘’J’ai survécu’’, et je retrouve surtout mon bof et les amis, qui ont passé toute la fin de leur journée à me suivre !!!!!! On savoure … puis la tension descend de suite… j’ai envie de rien ! Ni manger … ni boire… ni bouger … ni me doucher tellement mes irritations me font souffrir (mais pourtant j’arrive à me sentir… donc la douche s’impose !!) … je me remémore l’intégralité de cette folle Traversée !! 1/3 de plaisir (jusqu’à Cilaos) … et 2/3 de souffrances … pas de quoi vous redonner envie d’y revenir !!!!

 

Capture (Copier).JPG

 

P1330508 (Copier).JPG


P1330525bis (Copier).JPG

 

Capture2 (Copier).JPG

 

Donc je terminerai par ce avec quoi j’ai commencé ! Cette 8ème place est superbe, mais il ne faut pas céder à l’euphorie, le cerveau ne doit pas faire son tri sélectif habituel pour ne garder que les bons moments ! Avant d’y repartir un jour, il faudra bien peser le pour et le contre … car la Diagonale des Fous porte bien son nom finalement… dire qu’il s’agit d’une des épreuves les plus dures au monde n’est pas usurpé… il faudra souffrir, beaucoup souffrir !!!!!!! … à l’heure actuelle, la lobotomie n’a pas encore eue lieu… je ne suis pas prêt !!! 

 

J'ai quand même failli atteindre le Graal du Sportif, voir son nom figurer dans l'Equipe!!! ... les cons, ils se sont arrêtés au 7ème!!! ... c'est pas un compte rond ça...

Article de Presse dans l'Equipe

Niko Le Lémurien

 

 

La Vidéo de cette Epopée

''Intérieur Course - Dans les pas du Lémurien''

 

 

 


 

Les Récits des Potes de la Lemur Team

 

Le Récit de Steph - 77ème à la Redoute

 

 

Récit de Seb - Un Abandon avec regrets

 

 

Le Récit de Lolo - 115ème à la Redoute

''Good Morning Réunion''

 

 

 

 

D'autres versions de ce Grand Raid 2013 de l'Intérieur:

 

- Pascal Blanc, 3ème : '' Quelle Aventure"

-Jules Henri Gabioud, coureur suisse vainqueur du 1er Tor des Géants : " Oh désespoir!"

-Kilian Jornet, 22ème : " Diagonale des Contrastes''.

 


 

 

Mentions Spéciales et quelques débuts d’analyse en vrac ...

 

-       Respect à Mr François d’Haene ! 22h58 … c’est stratosphérique !… mettre tous les prétendants à plus de 2h30… c’est du jamais vu… et on ne peut pas dire que derrière il n’y ait pas eu de bagarre, ni de prétendants. Cette performance est du Très Haut Niveau International. Cela n’engage que moi, mais sans sa blessure, Kilian n’aurait rien pu faire ce jour là face à François. Il était venu pour ça, pour défier Kilian (et non juste l’accompagner), il avait tout mis de son côté et a réalisé une course parfaite, chapeau bas ! Il ne lui manque qu’une reconnaissance internationale à la hauteur de ses performances, mais là, c’est juste une question médiatique…

 

-       Respect à Kilian et Oscar Perez notamment, qui malgré leurs blessures et fortunes diverses, ont tenu à boucler ce parcours. Beaucoup (et moi le premier) n’auraient pu en faire autant ! Encore la preuve de la valeur de ces Grands Coureurs Espagnols … dont les détracteurs sont (trop) nombreux et les raccourcis trop faciles…mais c’est typiquement français ça…

 

-       Respect à Mr Antoine Guillon bien évidemment ! Pour la 7ème année consécutive, il rentre dans les 4 premiers de cette Diagonale des Fous ! 7 fois de suite en 7 Participations !! Cela en deviendrait-il énervant ? Cela tendrait presque à discréditer la difficulté de cette épreuve ??  … non !!!!!!! Juste qu’Antoine est le maître incontesté sur cette épreuve, il en maîtrise tous les secrets, beaucoup aimeraient le suivre mais n’y parviennent pas…je lui souhaite de remplir son objectif de 10 Top4 consécutifs et bien mieux… de la remporter un jour, car il le mérite c’est une évidence !

 

-       Preuve de la densité du TOP10 2013, petit comparatif par rapport justement à ce métronome d’Antoine. Je termine donc officiellement 9ème, mais à ‘’seulement’’ 1h20 d’Antoine. Sur les 5 dernières éditions, cela aurait pu donner : 5ème en 2007, 8ème en 2008, 6ème en 2009, 4ème en 2010, 7ème en 2011 et 3ème en 2012… et oui, la course s’allonge … mais les temps se resserrent ! Preuve de la densité du niveau qui ne cesse de grimper…

 

-       Pour espérer gagner ces 1h20 qui me séparent d’Antoine, outre ma condition physique que j’avais optimisée au mieux pour ce rdv, il faut désormais se pencher sur de nombreux autres paramètres : optimisation du sac à dos (j’ai essayé mais je n’arrive pas à la cheville des minimalistes !!), une approche mentale pour faire face à ces situations difficiles et ces petits démons qui viennent vous perturber… et surtout une approche très pointue de l’alimentation en course : la menthe à l’eau, les soupes et les bananes… c’est bon, mais ça m’a causé quelques travers inévitables … je ne suis pas sûr que ce soit la méthode employée par les coureurs qui me précèdent !! … mais d’un autre côté, je ne suis pas sûr d’être prêt à franchir ce cap … j’aime ma méthode empirique, à l’ancienne, sans pression, au feeling … ce n’est pas si mal que ça au final…

 

 

 


 

 

 

Je conclurai évidemment avec ce qui nous a porté durant toutes ces semaines, ces jours et ces heures de course, notre projet pour les P’tits Bouts ! Les quelques jours qui ont précédé la Course, le petit Geoffrey de Bergerac a connu une grave crise, refusant de manger, de boire, de parler, de se lever … une crise comme il n’a jamais traversé. Notre projet a  pris encore plus de sens au moment où nous nous sommes élancés. A l’arrivée, nous avons atteint notre objectif : être 3 coureurs de l’équipe à atteindre cette fameuse Ligne d’Arrivée. Bien que Sébastien, après un superbe début de course, ai connu des passes difficiles et a dû rendre les armes en plein cœur de Mafate, Stéphane et Laurent ont réussi à rallier la ligne d’arrivée ! Non sans mal bien sûr, comme les autres, mais avec de superbes résultats. Pour un premier ultra, ils ont bouclé un des plus durs qui existe ! Le Travail a payé, et les P’tits Bouts peuvent être fiers ! 77ème place pour Stéphane et 115ème pour Laurent, voilà la Lemur Team pour les P’tits Bouts à l’arrivée de ce Grand Raid 2013. Pour le classement par équipes, l’apothéose aurait été de monter sur le podium, pour arborer nos tee-shirts des P’tits Bouts sur la scène médiatique … mais nous terminerons il me semble à la 4ème place … dommage, mais sans regrets, chacun a donné le meilleur de lui-même, c’est bien l’essentiel ! Bravo les gars, et surtout merci, merci et encore merci à tous ceux qui nous ont suivis, encouragé et surtout soutenus dans notre démarche. TOUS les fonds récoltés seront versés intégralement à l’Association ‘’Les P’tits Bouts’’ en cette fin d’année 2013 pour nous l’espérons permettre à Geoffrey, ses proches et ses copains des P’tits Bouts de se retrouver une nouvelle fois tous ensemble !! Merci à tous ! Le projet a été très fédérateur.

 

Le Projet Détaillé pour les P'tits Bouts

 

 

MERCI A TOUS LES DONATEURS ! 

Le Gîte et Chambres d'Hôtes ''O Délices de la Monnerie'' en Dordogne- Site Internet 

L'Assocation PARMONZEPARVO de Bergerac

La Banque CIC Sud Ouest

Le Club d'Athlétisme d'Ascain - AS Elgarrekin - Site du Club

Mr Alain Jolly et Inter Caves de Bergerac

La Fromagerie des Chaumes de St Antoine de Breuil

Le Magasin LECLERC de Pineuilh

Venta Aguirre d'Enrique Gérard à Ibardin

Le Magasin BARAJAS PRIMEURS à Hossegor - Site Internet

Imprimerie NEURY à Bergerac

Les Membres de la LemurTeam

Jack et Lydie, Christian, Robert et Babeth

Kiki et Martxel Elgart

Didier TNF Guillemet

Gigi Labarbe

Jean Marc Neury

Sylvain et Nina

Laulau du Barétous

Fifi et Véro

Sylvie et Patrick

Fabrice Huré

 

Les Collègues de mon Ensemble Scolaire Vincent de Paul

Cécile, Corinne C., Véro, Julien, Philippe...

Tous les amis coureurs et passionnés

Fred Vidotto (Dordogne)

Pascal Hivert (Dordogne)

Patrick Leloup (Dordogne)

Robert Dupont (Serres-Castet)

Jérôme Fabas (Dax)

Mr et Mme LeGall (Montardon)

Thierry Despagnet (Serres-Castet)

Pedebosc David (Dax)

Proust Philippe (Labenne)

Baby et Marc Lasserre (Candresse)

Frédéric Dargoubet (Serres-Castet)

Mercier Jean François (St Jean de Luz)

Ballard Vincent et Joubert Sandra (Bdx)

Cazajous Maxime (Nay)

Haristouy Laurent (Pau)

Duprat Olivier (Salies du Salat)

 

 

DSC_0217.JPG

DSC_0279.JPG

 

 

 

Merci à tous. N'hésitez pas à diffuser ou laisser vos commentaires!

 

 



27/10/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres