Le Blog du Lémurien

Le Blog du Lémurien

COMPTE RENDU DU TROPHEE DU VIGNEMALE 2013

TROPHEE DU VIGNEMALE 2013


 

 

 

 

Le Montage Vidéo ''inside'' 2013 de votre Lémurien

 

 


 

 

 


INTRODUCTION


  

Merci, Merci, Merci, Merci !!!!!!!!!!!!!!  Merci aux courageux organisateurs d’avoir relevé le défi !!

 

Je ne reviendrai pas en détails sur le mythe et l’attache personnelle liés à cette épreuve, mais ceux qui ont lu cet article comprendront alors pourquoi cette Course est une des plus belles de toutes les Courses existantes, dans les Pyrénées, en France … et peut être au delà! … y a forcément un manque d’objectivité de ma part dans ces propos, mais tous les amoureux des Courses engagées de Haute Montagne ne pourront me contredire !  Les dimensions historiques (avec les défis des guides au début du 20 ème siècle !), symboliques (un aller-retour du village au point culminant du Massif Français), techniques (ascension par le Glacier puis grimpe sur la partie sommitale) en font un ensemble extrêmement rare ! Je n’ai jamais rencontré ça autre part sur une course française ! Il faut aller en Espagne, Suisse ou Italie pour retrouver cet univers il me semble …   pour comprendre, je me répète, mais lisez cet article rédigé quelques semaines avant l’épreuve, où j’ai bien essayé de détailler touts ces facteurs qui en font une épreuve hors du commun.

 

  POURL IRE L'ARTICLE EN QUESTION, CLIQUEZ ICI

 

 

 

 


LE COUP DE GUEULE


  

Dans le coup, je ne peux m’empêcher de réagir de suite quand aux résumés post course diffusés par tous les médias de la presse spécialisée entre Dimanche et Lundi. C’est pitoyable … TOUS les articles parus sont identiques mots pour mots ! Un ‘’copier-coller’’ d’un petit texte somme toute tout à fait correct, avec 3 minis interviews des 3 coureurs Salomon présents. Illustration par 2-3 photos absolument pas représentatives de l’épreuve (le départ et l’arrivée dans Cauterets…) … ça me fait ch… !!!! Surtout pour les organisateurs qui méritent une reconnaissance 100 fois supérieure ! Pour moi leur épreuve pourrait occuper une des places majeures dans le calendrier skyrunning international !! IceTrail Tarentaise, Montcalm … je veux bien, mais alors le Trophée du Vignemale pourrait aussi y prétendre ! … alors quand je lis 10 fois le même texte sur les réseaux sociaux et les sites spécialisés, ça me fait bondir! Pas une seule recherche un peu plus poussée de nos journalistes trail …  pourquoi ???!!  Parce que le plateau de coureurs au départ n’en valait pas le coup ? Il faut obligatoirement des ‘’grands noms’’ du trail pour parler beaucoup d’une épreuve ? … il aurait fallu qu’à Cauterets on monnaie la venue des ‘’élites’’ par des invitations et au passage celle des journalistes et photographes, … ??? C’est comme ça que ça marche en fait depuis quelques années … les coureurs présents font la renommée des épreuves … et une course sans âme, sans histoire, … mais avec beaucoup de moyens sera désormais mieux placée que les autres ??? … non je me refuse de l’admettre …  pourquoi est-ce que les médias trail n’ont pas saisi la valeur de ce Trophée du Vignemale ?? Tous les éléments cités en font une épreuve unique !! Il faut juste connaître un peu le ‘’milieu’’ pour s’en persuader !! … et c’est en la médiatisant, en la mettant en valeur qu’ils vont alors renforcer le mythe et faire venir les coureurs ! C’est dans ce sens que ça devrait fonctionner !!! Il est là le rôle des médias !!! Vous êtes les acteurs premiers de tous le système, tous les ‘’nouveaux pratiquants’’ boivent vos résumés, vos récits, vos articles, … alors s’il vous plaît, mettez en valeur ce qui mérite de l’être !!!!!!!! Je ne m’étendrai pas plus sur ce sujet, voilà encore un petit coup de gueule (qui ne sert à rien mais qui me fait du bien… lol) sur encore l’évolution de notre discipline, qui n’aspire pas forcément à mes attentes …

 

 

 

 


LES REMERCIEMENTS


 

 

Revenons à ce Trophée du Vignemale !!!

Merci, Merci, Merci, Merci !!!!!!!!!!!!!!  Merci aux courageux organisateurs d’avoir relevé le défi !! Il faut le répéter ! Et Dieu sait que ce fut compliqué !!! Entre les chutes de neige extraordinaires de l’hiver 2013 qui suscitaient encore de nombreuses interrogations à quelques semaines de la Course, puis ces terribles crues dévastatrices qui ont sinistrés les Cauterésiens quelques jours à peine avant ce 6 Juillet … la volonté de l’équipe d’organisation a été la plus forte !! Plus fort que l’avis du Préfet qui voulait dans un premier temps interdire l’organisation suite aux dégâts des crues et au fait de l’accès coupé au village. Et bien non, le discours a été celui de relever la tête, poursuivre le cap, pour créer ce grand évènement au cœur du Village, pour montrer qu’à Cauterets on est dynamiques, solidaires et … extrêmement courageux !  Bravo, Bravo, Bravo ! J’imagine déjà comment cela doit être difficile d’organiser une telle épreuve sans ces complications extraordinaires ! Envoyer plus de 600 coureurs au cœur du Parc National des Pyrénées ! Envoyer plus de 600 coureurs sur le Glacier d’Oussoue et au Sommet de la Pique Longue ! Sécuriser par des kilomètres de cordes tous les passages exposés ! Sécuriser tout le parcours avec des accès très isolés en très Haute-Montagne ! … un défi relevé par Alain Larroudé et toute son équipe ! Je me répète, mais Merci, Merci, Merci et Bravo !! Grâce à vous tous les passionnés que nous sommes peuvent vivre des expériences sportives uniques ! Et celle-là est particulièrement unique ! Sachant que la précédente édition à eu lieu en 1991 et ne sachant pas quand aura lieu la prochaine … il nous faut savourer ce Trophée du Vignemale 2013 !!

 

 

 

 

 


AVANT LA COURSE


 

Ma motivation était donc très forte en venant à Cauterets ! Mais pour autant, pas de stress, pas de pression, pas de préparation spécifique (aucune reco)… mais plutôt déjà beaucoup de plaisir à participer à de superbes épreuves au cœur des Montagnes Béarnaises, le Raid Pau Pyrénées Aventure les 15 et 16 Juin ( Article complet), puis le Raid des 3 Vallées VTT les 28-29-30 Juin ( Article complet). Rien que sur ces 2 weekends, ce sont plus de 30h d’efforts et 12000m de d+… donc forcément ça fait une base ! De là à dire que c’était la préparation idéale, je n’en sais rien … en tout cas, depuis début 2013, la forme est bien là ! Je n’en ai jamais douté, je suis juste passé à côté du premier gros rendez-vous à Zegama ( Compte Rednu complet), mais ça ne remettez rien en cause. Ce qui est sûr, c’est que je ne suis pas de plans d’entraînements, pas de coach, pas de chrono pour les séances un peu poussées, jamais de piste, pas de contraintes ni obligations … mais plutôt beaucoup de variété (trail, VTT, Vélo de Route, Ski, Crampons…), beaucoup de sorties avec les potes, beaucoup de feeling, des entraînements aux sensations, et toujours du plaisir !! C’est plus que jamais le maître mot de ma pratique, prendre du plaisir à chaque sortie, partager, et je me rends compte que cela n’altère en rien sur mes performances !!! Sans référence chronométrique il est impossible de savoir si je suis ‘’aussi bon’’ qu’en 2008 ou 2009 lorsque par exemple je performais sur les Ultras (4ème GRR  ici  - 1er Mercantour  ici– 1er GRP 160km ici ), … mais qu’est-ce que cela peut faire ???  Je fais aujourd’hui de mon mieux pour être performant, mais sans concessions sur le plaisir éprouvé !!!! Voilà dans quel état d’esprit je suis. Ca peut surprendre tous ceux qui calculent tout (et ils sont nombreux dans notre discipline !), mais c’est ainsi … et ne me dites pas que si je faisais si ou ça je pourrai faire ci ou ça … ce n’est pas vrai !! Il me faut cet équilibre, ce plaisir et cette absence de contraintes pour avancer !!

 

 

 

 

 


LA COURSE


 

 

Vendredi 5 Juillet, 17h45, rdv à Pomarez avec Jérôme et Greg pour monter à Cauterets ! Rdv avec les gars de la Lemur Team pour cette épreuve incontournable ! Nous retrouverons Stéphane, Jean-Marc et Vincent venus de Dordogne, Sylvain de Lannemezan, Didier et Jacques venus de Nantes, puis Xteph et Mattieu ! Une pensée pour Gigi en convalescence avec un genou, Lolo qui a du renoncer le weekend passé suite à une grosse chute à VTT lors de notre Raid, et surtout mon père Jack, que j’avais accompagné en 1991, et qui est parti faire du vélo en Corse. La Lemur Team ne pouvait rater cet évènement ! Après le bref atelier de corde (distribution d’une cordelette et de 2 mousquetons pour l’assurage pendant la course) et la distribution des dossards, nous voilà tous réunis au camping pour une courte nuit avant de partir à l’assaut de cette Pique Longue du Vignemale !

 


Discussions, rigolades, chambrages, ... L'Esprit Lemur Team et là !

 

 

Samedi 6 Juillet, 6h15, Jean-Marc secoue ma tente alors que j’avais prévu de me réveiller tranquille vers 6h30 … le ton est donné, les gars sont en forme ! Derniers préparatifs, avec les petites touches ‘’spécial’’ Vignemale : crème solaire, lunettes, casquette pour affronter la réverbération sur le Glacier, et petits gants pour ‘’envoyer’’ sans se brûler sur les passages de corde. Et surtout la touche perso, je porte le tee-shirt ‘’vintage’’ de 1991 ! LE teeshirt collector en coton remporté par mon père lorsqu’il a couru l’édition 1991 ! Un symbole ! Un peu d’émotion… me voilà prêt à mouiller le maillot !! Le départ a été décalé d’une heure pour laisser la neige se ramollir avant le passage des coureurs. 7h30, direction la place de l’hôtel de Ville de Cauterets !

 


Sylvain, Jean-Marc, Steph, Niko, Greg, Didier, Jérôme : la Lemur Team était là!

 

 

Juste le temps de faire la photo de groupe, de retrouver les têtes connues, de faire 5’ d’échauffement vite fait bien fait, et voilà le discours d’Alain Larroudé, qui a le mérite d’être clair ! On part faire une course, pas une promenade ! Le Vignemale se méritera, il faudra passer des barrières horaires exigeantes ! … le ton est donné. Mais il ne peut en être autrement, la ‘’mode’’ trail est à des années lumières de ces Courses de Haute Montagne, et on ne peut laisser s’engager des personnes trop inexpérimentées dans un tel environnement. Il faudra le mériter le Pique Longue ! …Il faut aussi respecter la présence toute la journée des secouristes et bénévoles aux différents points du parcours, tout là haut … la décision du Directeur de Course est donc tout à fait compréhensible. Le Trophée du Vignemale n’est pas un effet de mode, c’est une épreuve extrêmement difficile.

Et là, tout d’un coup, un coup de pistolet retentit … les 580 coureurs présents sont lâchés ! 8h00, nous partons à l’assaut du plus haut sommet des Pyrénées Françaises !

 


Place de l'Hotel de Ville

 


La tête de course à la sortie de Cauterets, sur la partie route vers le Pont d'Espagne

 

 

 

A ma grande surprise, le départ est plutôt ‘’timide’’ sur les premiers kilomètres d’asphalte pour nous monter au Pont d’Espagne. Deux hypothèses, soit tout le monde est super prudent, soit je suis super en forme ??? … en tout cas, sur ces portions que je n’affectionne guère d’habitude, me voilà à peine quelques mètres derrière un groupe de tête de 6-7 coureurs avec les ‘’coastauds’’. Je profite de ces foulées … j’échange quelques mots avec ceux qui m’accompagnent par moments, comme Claude Escots, je fais la connaissance de Fabien Beaufils, … toujours des échanges très sympas. Je considère cette section comme l’échauffement. Je n’ai ni montre, ni repères sur ces nombreux lacets … je profite, je me projette sur la suite du parcours, je pense quand même à boire régulièrement car il fait déjà chaud, … et je fais quelques images avec ma caméra au détour de quelques virages bien sûr !!

 

 

Nous voilà donc au Pont d’Espagne. Je suis à 10-15 mètres du groupe de tête. Là je connais la montée jusqu’aux Oulettes pour y être venu plusieurs fois en repérage l’été dernier en vue de ma Traversée Gavarnie/Gabas par les grands sommets. Les premiers virages sont très raides. Et ça ne rate pas, d’un seul coup, la course se durcit à l’avant. Il me semble que Michel Rabat impulse un gros tempo sur ces premières rampes. Très vite, je ne vois plus la tête, mais juste le groupe qui explose. Je prends mon rythme et passe presque tout ce passage en trottinant. Avant le Lac de Gaube, je reviens sur C. Montuelle, puis sur Denis Lafaille ! Mr Denis Lafaille, l’homme aux 1001 victoires en Vallée d’Ossau, venu se frotter au Géant de la Vallée voisine, sur une distance qu’il n’a jamais affrontée. Félicitations à lui déjà d’avoir franchi le cap ! Je l’avais placé dans mes favoris, tant sa marge de vitesse est grande, mais la spécificité de cette course montrera que chacun de nous à sûrement un format de prédilection et qu’il est difficile d’être compétitif sur de nombreux formats … ce qui est finalement rassurant ! Nous passons au Lac de Gaube ensemble. Devant, Michel est déjà à l’autre bout du Lac, puis je reconnais G. Beauxis à sa poursuite. Les autres, Christophe Cazaux, Yannick Gourdon et le coureur espagnol ne sont pas très loin. Premier ravitaillement, et mon tee-shirt collector fait déjà sensation ! Certains le reconnaissent, le clin d’œil est super sympa, et cela montre encore une fois la valeur de cette épreuve… mythique !

 

 


Le soleil commence à pointer. La face Nord du Vignemale se dévoile. Passage au Lac de Gaube.

 

 



 

 

 

 

Ensuite Direction Les Oulettes. On entre dans la Course ! Le Vignemale apparaît, en même temps que les premiers rayons du soleil. L’immensité du Massif est face à nous, cette vision est à la fois source de peur et de motivation… c’est difficile à décrire, on part à l’assaut de la Haute Montagne, en short et en tee-shirt !! La vue sur cette face Nord ne nous quittera pas une seconde jusqu’à la Hourquette d’Oussoue. Plus on avance, plus c’est imposant ! Couloir de Gaube, Pointe Chausenque, Piton Carré, Face Nord du Vignemale, … le Pyrénéisme et de grands exploits d’alpinistes ont été réalisés dans ces faces là, pour un amoureux des Pyrénées, c’est un symbole, au même titre que les Drues !! Sur cette portion plutôt roulante (en apport à ce qui nous attend !), je reviens sur le groupe de 3 coureurs cités plus haut. Je me cale sur leur rythme. On ne voit plus du tout Michel, mais on aperçoit par moments G. Beauxis. Arrivée au Refuge des Oulettes. Je pointe le dernier du groupe, en 6ème position donc, mais en fait il n’y a que 2 coureurs devant … tout va bien, presque trop bien ??? Moi qui pensais partir en retrait… me voilà déjà à l’avant … mais je reste prudent, car la descente me fait peur !!

 

Entre le Lac de Gaube et le Refuge, le Massif en impose de plus en plus

 


Refuge des Oulettes-2100m. Ambiance haute Montagne. On entre dans le vif!

 


 

 

 

 

Cette fois, à partir de là, c’est plus de 2h (pour les premiers :-) ) à plus de 2500m de moyenne, le tout sans presque pouvoir toucher le moindre caillou ! On arrive en Haute Montagne, avec des conditions d’enneigement exceptionnel ce début d’été 2013. Névés, couloirs, Glacier, cheminée, encordement … une autre dimension ! Le premier obstacle est la Hourquette d’Oussoue. Le cheminement n’est pas évident. Le sentier habituel est recouvert de neige. Le balisage contourne donc quelques névés, puis en franchit d’autres, avec des mains courantes installées sur les parties déversantes. Les pentes sont désormais beaucoup Plus fortes. Il faut marcher. Sur ces parties, notre groupe de 4 explose quelque peu, et me voilà déjà 3ème ! Incroyable. Guillaume Beauxis est alors à une minute ou deux, guère plus. Me voilà désormais seul. Juste dommage pour mes vidéos, je n’ai plus personne à filmer !!  :-) (car on m’a déjà reprocher durement d’être un peu mégalo avec des autoportraits et mes vidéos… mais ce sont des circonstances de course !! :-)  …). Je savoure. Les sommets à 3000 sont à portée de main à l’amorce de la Hourquette (2700m), mais il faudra basculer versant Sud pour attaquer le Glacier d’Oussoue ! Je reviendrai cet été pour faire la Traversée par la crête ! Passage au Col, la vue est incroyable, et le Refuge de Baysselance paraît à 2 pas ! Un superbe névé nous y amène directement, pas un caillou à l’horizon ! Magique. La descente n’en est pas évidente pour autant, les appuis sont très fuyants, ça part dans tous les sens, … il faut maîtriser techniquement quand même pour être efficace ! Me voilà à Baysselance. Je suis toujours 3ème. Je fais le détour au ravito pour remplir mon bidon, je me suis refusé de sauter le moindre ravito. Et c’est reparti.

 

C'est parti pour un long cheminement ''glaciaire''! Ici en traversée vers la Hourquette d'Oussoue (2710m).

 


La Vallée de Gaube, depuis une traversée juste en dessous de la Hourquette

 


Vue depuis la Hourquette. Descente sur le Refuge de Baysselance (2610m).

 


Arrivée de Michel au Refuge de Baysselance ... easy !


 

 

 

Avant d’attaquer le Glacier, il faut quand même bien redescendre sous le refuge. Une petite chute sur la neige et je perds mon bidon ! Demi-tour oblige … c’est bon, je suis encore lucide ! Beaux passages en cailloux, puis arrivée sur les premières longues portions de cordes, pour traverser de beaux devers qui nous mènent au pied du gros obstacle de la journée, le Glacier d’Oussoue ! Plus de 800m de d sur le Glacier, ce n’est pas rien, surtout avec les 2000m déjà au compteur depuis le village ! Je prends mon rythme. Je n’ai pas le sentiment d’être ‘’impressionnant’’, mais je vois Guillaume un peu à la peine devant. Difficile de vous dire pour l’arrière, je ne me souviens pas m’être retourné en fait ! Je savoure cet instant magique ! Grimper le Glacier d’Oussoue dans ces conditions de rêve avec un dossard sur le ventre, le tee-shirt collector à papa sur le dos … ce ne sera peut être qu’une fois ! Je me remémore aussi la montée de la Pique Longue réalisée en septembre dernier depuis Gavarnie ( Ma traversée Gavarnie-Gabas 2012 par Vignemale-Balaitous-Ossau), dans des conditions littéralement opposées… je savoure ! … tout en pensant continuellement à LA descente, au terrible retour jusqu’à la fruitière … la course est encore (très) longue ! Sur le haut, je reprends Guillaume. Incroyable, je vais attaquer la partie sommitale en seconde position. Je retrouve le Xteph, qui ne m’avait pas reconnu avec ma tenue ! Il est comme un fou ! :-) :-). De quoi me motiver pour la partie finale (celle que j’affectionne le plus en fait !), là où il faut poser les mains. Je croise Michel forcément, qui est déjà vers le bas. Un petit mot sympa, et je file au sommet ! Je bascule avec 7’ de retard. Là aussi, le tee-shirt fait sensation ! Et quand ils voient la caméra, … je passe pour un fou! … j’ai l’habitude :-) :-) !! Il faut absolument faire le tour du pilier de la Pique Longue avant de repartir. Nous sommes en course, sur le toit des Pyrénées Françaises ! Pour savourer le panorama à 360°, du Balaïtous au Mont Perdu, je vous avoue que je reviendrai cet été !! 

 

 

 

De très nombreuses images pour illustrer ce passage mythique sur le Glacier

 

 


Sous le refuge, quelques hectomètres de descente pour basculer sur le versant du Glacier.

 


Petits névés très déversant, au dessus du Vallon d'Oussoue.

 


Remontée intégrale par le Glacier. 800m d+ !

 


L'immensité ... la photo se passerait de commentaires! Juste unique!

 


La ''chenille'' de coureurs, vue depuis le sommet de la Pique Longue - 3298m

 


Zoom depuis le sommet. Tout semble si petit ... et pourtant il faut y aller là haut!

 

 


Partie finale du Glacier d'Oussoue - Il reste alors la partie sommitale rocheuse.

 


Vue dans l'autre sens, dans le sillage du vainqueur Michel Rabat.

 


Les derniers mètres : pose des mains, encordement, roche friable ... la Pique Longue se mérite!

 


Michel dans les derniers mètres. Photo prise depuis le sommet! Merci à son auteur!

 


Fabien Nabias à l'approche du toit des Pyrénées Françaises! Ambiance Montagne!

 


L'Ossau (au loin au centere) et le Balaïtous (le plus haut à droite) : souvenirs persos !!

 


Votre rédacteur, sur la crête de la Pique Longue. Superbe photo! Merci !!

 

 

 

 

 

 

Place à la descente !

 

A chacun sa technique là ! Perso, j’ai pris les cordes sur l’épaule, les mains devant, et j’ai réussi à presque tout descendre debout, presque en trottinant ! Un pur régal. On remet les pieds sur le Glacier, et ce sera là les moments les plus forts de l’épreuve pour moi ! Des premiers mètres en compagnie de Xteph qui m’a accompagné quelques instants, jusqu’en bas, j’ai été touché par tous les échanges, les mots, les encouragements de tout ceux qui grimpaient ! C’était énorme ! Merci à tous ! Je n’ai pas toujours répondu à chacun, j’étais parfois le nez dans le guidon, en train de récupérer une situation plutôt déséquilibrée dira-t-on … mais que c’était fort !! Je n’ai pas compté les ‘’Allez Niko’’ ou ‘’Allez le Lémurien’’ !!!!! Fabuleux ces échanges ! … du coup je ne me suis pas affolé trop pour descendre, j’ai encore savouré à 100% ! La route est longue !  Une fois en bas (ça passe beaucoup plus vite dans ce sens quand même), il a fallu parfois se tordre pour se croiser sur les passages encordés, puis il a fallu attaquer la remontée ! C’est là que j’ai décidé de ‘’mettre un petit coup’’. Je savais ce franchissement du Col du Labas très ‘’traître’’ ! Surtout qu’il me semble qu’en raison des névés, nous sommes allés chercher le Glacier un peu plus bas que prévu (confirmé et vérifié sur la trace GPS, nous avons été environ 80m plus bas que le sentier qui traverse véritablement à flanc en dessous de Baysselance, ce qui au total doit rajouter au minimum 150m de d ). Elle était costaud cette remontée ! Mais je me sens encore très bien. C’est inespéré ! Cette fois, alors que je suis juste en dessous du Refuge, j’aperçois Michel qui traverse vers le Labas ! Pas de précipitation, je remplis mon bidon (un peu sec d’ailleurs sur cette longue section au sommet !), je prends un gel … et je repars vers le Col du Labas !

 

Chassé croisé délicat, et chutes de pierre dangereuses sous le sommet ...

 


 Des moments uniques à savourer au départ de la descente, à plus de 3000m!

 


No comment !

 


C. Cazaux et F. Nabias, respectivement futurs 5ème et 4ème à Cauterets.

 


Photo by I-phone de Mr Jean Marc! Trop fort celui-là !

 

 


Le chassé croisé entre grimpeurs et descendeurs!

 



Depuis la traversée vers le Labas - Le Refuge de Baysselance

 

 

 

 

  

Nous évoluons encore dans un Univers de Haute Montagne grandiose ! Les vues sur les sommets du Cirque de Gavarnie et le Mont Perdu en arrière plan sont fantastiques. La traversée vers le Col n’est plus trop difficile, mais par contre très exposée. Le mousquetonage y est obligatoire. Toute chute serait irréversible. Pas de précipitation. Très vite, me voilà au Col, et là c’est la bascule définitive ! Un dernier mot encore sur mon tee-shirt vintage (j’ai bien fait !!!), …et j’aperçois la descente vertigineuse qui nous attend ! Je n’avais jamais franchi ce col auparavant. Au premier coup ça surprend quand même ! Mais j’adore ça ! Je reprends ma technique, corde sur l’épaule, les mains qui freinent la corde (les gants !) devant, et je cours !! J’étais plutôt bien parti, rapide, équilibré … quand je me suis fait stopper par les nœuds en milieu de corde ! Je ne les ai pas vus venir ceux-là ! A terre le Lémurien… en train de batailler pour se décrocher … et c’est reparti ! Dommage je n’ai pas pu me lâcher jusqu’en bas, mais les nœuds étaient indispensables ! On pouvait prendre énormément de vitesse sur cette pente, avec tous les risques de brûlure que cela peut engendrer. Ensuite, encore une superbe et longue portion sur les névés pour approcher du Lac d’Estom ! Je n’ai pas trop regardé, plutôt concentré sur mes appuis, mais en fait, je suis revenu à 2’ de Michel à ce moment là ! Je ne l’ai jamais su… je m’en suis rendu compte juste avant d’arriver sur le Refuge d’Estom, lorsque j’ai entendu les cloches et encouragements synonymes de son passage ! Au pointage, on m’annonce 4’ de retard. Incroyable ! Faut-il encore y croire ? Je n’ai pas ce mental ‘’du compétiteur’’, du ‘’tueur’’ … qu’il faudrait avoir à cet instant de la course ! … je suis quand même déjà satisfait de mon sort, j’appréhende les derniers kilomètres, … je reste concentré sur ma course …

 

Les derniers encordements pour des devers délicats

 


Passage au Col du Labas - 2720m

 


Le premier couloir très raide à descendre. A chacun sa technique!

 


Un peu plus tard dans la course ... la trace est faite!

 


Vue en dessous du Col. A gauche traces de skis ... au centre, les Coureurs du Vignemale!

 

 


Encore une technique approuvée par nombreux coureurs...

 


Petit clin d'œil à Denis L. pour ne pas le nommer :-) ... technique très singulière par contre

 


Le Lac d'Estom arrive à vitesse grand V, les névés nous portent au dessus de l'eau!

 


Retour sur la terre ferme, à 2000m, à l'approche du Lac et Refuge d'Estom.

 


Vue vers le Labas depuis le Refuge d'Estom. Le cadre est somptueux non ?

 

 

 

 

 

 

 

Le retour sur Cauterets à partir du Lac d’Estom n’est pas une mince affaire. Il a en plus fait très chaud ce weekend. Le terrain reste très technique et piégeur, et la pente s’aplanit très fortement par endroits, ce qui nécessite de la fraîcheur pour courir, une bonne base de vitesse pour relancer, … tout ce que je déteste quoi ! Je mentirai si je disais que ça ne devenait pas compliqué physiquement à partir d’Estom ! C’est sur. Plus de point mire. Je n’ai aucun point de repère pour savoir où j’en suis par rapport à La Fruitière, c’est très très long ! Je le savais. Mais je me suis battu, et finalement j’ai maintenu un très bon tempo jusqu’à la Fruitière, alors que je me pensais en perte de vitesse ! Manque de confiance, manque de mental peut être, … ça c’est pour l’autocritique si je voulais jouer ‘’la gagne’’. A la Fruitière, on m’annonce 3’20’’ ! Malheureusement je sais que là c’est trop tard. Impossible à combler sur les derniers kilomètres. C’était avant qu’il fallait saisir une hypothétique opportunité ! Aucune info de l’arrière. Il me faut me battre désormais pour rallier Cauterets et éviter une mauvaise surprise! C’est long, très long, mais agréable ! Le parcours initial par la Cascade du Lutour puis le goudron a du être évité à cause des crues, et nous sommes rentrés à Cauterets par un sentier en balcon jusque derrière les Thermes. A l’approche du village, j’entends la sono, la musique … puis l’arrivée triomphale de Michel ! Une course en tête du début à la fin, un coureur aux nombreuses victoires, un état d’esprit que je partage à 100% … bref, bravo Michel ! Victoire amplement méritée ! … je termine ma course, je cherche (en vain) quelques coupes dans les derniers lacets mais mon manque de lucidité est désormais évident (d’ailleurs je crois ne plus avoir filmé depuis le Lac d’Estom, ce qui est significatif chez moi !! pas de film = dans le dur !)… et me voilà dans les rues de Cauterets !!!!!! Les images défilent ! Une pensée pour lolo qui aurait du être parmi nous et que j’ai ‘’envoyé au casse-pipe’’ sur le Raid VTT du weekend passé, une pensée pour mon père forcément qui avait bouclé l’épreuve en 1991, le souvenir des guides qui partaient à l’assaut de cette montagne il y a plus d’un siècle, … et le sentiment d’avoir accompli un symbole fort, grimper la Pique Longue au départ de Cauterets et revenir au village en un minimum de temps !! En l’occurrence en moins de 5h … quel bonheur pour l’amoureux de l’effort que je suis, le passionné des Montagnes et plus particulièrement des Pyrénées … une récompense, un petit rêve sportif, une satisfaction personnelle, une histoire de famille …  bref pleins de choses se mélangent dans ma tête au moment où je franchis la ligne d’arrivée !!!!

 

 


La (très longue) splendide Vallée de la Fruitière

 


Michel Rabat au passage de la Fruitière.

 


 



La fonte des neiges en images...

 

 


Arrivée de Michel dans les rues de Cauterets. La délivrance. Superbe victoire.

 


Encore une victoire catalane... 22ans après! Ils ont pas des courses chez eux???!!   :-)

 


A l'arrivée, en compagnie d'Alain Larroudé, qui accueille tous les coureurs!

 

 

 

 

 

 

4h53’48’’, un peu plus de 4’ après Michel, et au final un peu plus de 5’ avant les 2 jeunes espoirs de la Vallée, Guillaume Beauxis et Fabien Nabias, auteur d’une très belle course superbement gérée ! Suivront Christophe Cazaux en 5h10, puis Yannick Gourdon en 5h20. La descente aura crée des écarts très conséquents !!! … comme prévu :-) :-) …  Je savoure pleinement ces instants. Je suis resté des heures sur la place de l’Hôtel de Ville, a attendre les copains, à discuter, échanger, … c’était bien quoi !!! Suivront remise des prix, repas, remise en forme aux Bains du Rocher… et surtout tous ces échanges avec les potes, tous les coureurs, sur cette aventure commune et tellement belle que nous avons eu la chance de vivre !! Je terminerai donc une nouvelle fois en remerciant tous les acteurs (organisateurs, secours, politiques, bénévoles, partenaires…) de ce Trophée du Vignemale 2013 ! C’était magique !

 


Podium Trophée du Vignemale 2013

 


 Sandrine Prissé, vainqueur chez les dames.

 


Le tableau des passages, en direct live Place de la Mairie. Suivi en live made in Pyrénées!

 

Tous les temps de passage, temps partiels, les écarts... décrypté par Gaby Pont!

TOUT EST LA

 

 

 

 

 

 

  

 


ANALYSE EDIFIANTE


 

 

Une chose m’a surpris lorsque je franchis la ligne d’arrivée : le chrono ! Je n’avais pas de montre au poignet, donc je ne savais pas. A l’arrivée, je vois donc ces 4h53. Génial ! Moins de 5h, contrat (secret) rempli ! Mais de suite, ma petite tête fait quelques calculs : cela veut dire que Michel a du réaliser un chrono aux alentours des 4h50. Et là, comment ne pas penser aux 4h24 de Jean-François March en 1991 ! Et tous les autres chronos réalisés par les meilleurs coureurs de l’époque ! Michel ne rentre même pas dans le top 10 des meilleurs chronos réalisés sur les 3 dernières éditions ! Alors ça alors ??!!! Michel a quand même un palmarès qui parle pour lui, ce n’est pas un ‘’manche’’ sur ce type de course ?!! Je n’en reviens toujours pas !

Les conditions étaient excellentes ! La neige a même permis des descentes facilitées (sur Baysselance et surtout sur Estom) ??  L’écart de 25’ est ahurissant ! La chaleur ?  Je n’y crois pas… La petite rallonge en bas du Glacier pour passer sous les névés exposés ? J’ai vérifié au GPS, avec moins de neige, il y a un sentier à flanc qui traverse plus haut pour récupérer le Glacier un peu plus haut… plus de dénivelé à l’aller et plus de dénivelé au retour donc … ce qui explique les chiffres annoncés par la trace GPS : 41km et d 3000m . Mais quand même, 25’ c’est plus qu’énorme !!

 


Parcours 2013 en jaune - Traversée possible à mon avis en violet...

 

 

 

Je pense que si la vidéo collector 1991 fait sourire, et bien il n’en reste pas moins qu’à l’époque ce n’était pas des rigolos ! Ils ne venaient pas faire de la randonnée ! Les coureurs étaient préparés et aguerris à la Montagne, et les performances étaient meilleures que maintenant, à l’heure du bling bling et de la surenchère matérielle … c’est juste énorme de faire ce constat !!!!! C’est décidé, je retourne aux tee-shirts en coton !!!!! 

Le tableau suivant est éloquent …

 

Classement

Chrono 1991

Chrono 2013

Vainqueur

4h25

4h49

2ème

4h32

4h53

3ème

4h33

4h59

5ème

4h42

5h10

10ème

4h56

5h27

15ème

5h05

5h55

20ème

5h08

6h02

30ème

5h23

6h16

50ème

5h36

6h40

100ème

6h04

7h24

150ème

6h25

7h48

200ème

6h45

8h16

 Cela veut dire qu’un certain Jacques Darmaillacq, avec ses 5h50 en 1991, serait rentré dans les 15 premiers ???  Alors qu’il a terminé ‘’que’’ 81ème !!! … 22ans ont passé … un monde … mais finalement, beaucoup de questions subsistent pour moi!!!

 

 


 

 

 

COMPILATION DE GABI PONT ENCORE UNE FOIS, TOUS LES CHRONOS SOUS

LES 5h DEPUIS LES 6 EDITIONS !!!

 

TABLEAU RECAPITULATIF DES MEILLEURS CHRONOS  

 

 

 

 

 

 


LES LIENS


 

 

 

  • DES GALERIES PHOTOS

 

 Un grand merci aux photographes basques, présents aux meilleurs endroits de la course et à qui j'ai emprunté la plupart des photos pour illustrer ce récit !

 

La Galerie complète de STEPHANE SALERNO, membre de la Lemur Team !!

GALERIE PHOTO COMPLETE

 avec des photos de nuit fabuleuses, sous la Face Nord du Vignemale !

 

 

La Galerie de Pierre ESCURRA, de Sarrakorrika

GALERIE PHOTO COMPLETE

 

 

 

 

  •  LE LIEN INCONTOURNABLE

 

Le Site CAUTERETS TRAIL  !

De très très nombreux articles sur le mythe de ce TROPHEE !

 

Superbe Site Cauterets Trail

 Une mine d'informations, d'analyses, d'interviews sur le Trophée du Vignemale!

 

COMPILATION MEDIAS : TOUTES LES PHOTOS ET VIDEOS SUR LE TROPHEE 2013

 

 

 

  •  LES LIENS DIVERS

 

 

Le site CAUTERETS RACE, site officiel de l'épreuve

PAGE AVEC LES CLASSEMENTS COMPLETS

 

 

Mon Compte Wikiloc et la Trace GPS relevée par Stéphane en Course

Chiffres sans appel : 41km - d+3050m !

Parcours Officiel réalisé - Trace GPS

 

 

 

  •  DES RECITS DE COURSE

 

Le Récit de Course des Gersois : Trail Gascon

 

 

 

 

 


 

 

 

Niko Le Lémurien

N'hésitez pas à commenter surtout !

 

 

 



09/07/2013
34 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres